Chargement en cours

Un journaliste français arrêté en Ethiopie libéré après une semaine

Un journaliste français arrêté en Ethiopie libéré après une semaine

Un journaliste français arrêté la semaine dernière en Ethiopie, soupçonné de complot visant à semer le chaos, a été libéré, selon son employeur, le journal spécialisé Africa Intelligence.

Première modification :

1 minute

Antoine Galindo a été « libéré après une semaine de prison et a pu quitter Addis-Abeba pour rentrer à Paris », a déclaré à l’AFP Paul Deutschmann, rédacteur en chef du journal.

Galindo, qui dirige la section Afrique de l’Est de la publication, s’était rendu en Éthiopie pour couvrir le sommet de l’Union africaine au début du mois et a été arrêté le 22 février.

Les autorités ont accusé le journaliste de 36 ans de complot « visant à créer le chaos » dans le pays.

« Je vais bien et je suis en bonne santé », a-t-il déclaré à l’AFP avant de quitter Addis-Abeba.

« Ils m’ont bien traité », a-t-il ajouté, malgré des conditions de détention qu’il décrit comme difficiles.

Deutschmann a déclaré que la libération de Galindo était un « véritable soulagement » pour tous les collaborateurs d’Africa Intelligence, impatients de le rencontrer.

Galindo a été arrêté dans un hôtel d’Addis-Abeba alors qu’il rencontrait un responsable du parti d’opposition Oromo Liberation Front (OLF).

Le samedi 24 février, il a comparu devant un juge qui a ordonné la prolongation de sa détention jusqu’au 1er mars.

Les organismes de surveillance des médias ont exhorté le gouvernement à libérer Galindo, le Comité pour la protection des journalistes déclarant lundi que sa « détention injuste met en évidence l’environnement atroce pour la presse en général en Ethiopie ».

L’Éthiopie a expulsé plusieurs journalistes étrangers depuis fin 2020.

Mais avant l’arrestation de Galindo, les autorités n’avaient pas arrêté de journaliste étranger depuis plus de trois ans.

En juillet 2020, un journaliste kenyan a été détenu pendant plus d’un mois à Addis-Abeba, bien qu’un tribunal éthiopien ait ordonné sa libération sous caution.

Adapté de son original anglais