Chargement en cours

Que sont les taux d’intérêt négatifs et quel est leur impact sur les économies ?

Que sont les taux d’intérêt négatifs et quel est leur impact sur les économies ?

Première modification :

Les taux d’intérêt négatifs sont une ressource utilisée par les banques centrales dans le but de générer un impact positif sur les économies. Le Japon est l’un des pays qui a utilisé cette stratégie. Cependant, il souhaite désormais le laisser derrière lui, même si son économie ne traverse pas un grand moment.

Les différents contextes économiques et financiers conduisent les banques centrales à prendre des mesures qui leur permettent de protéger l’économie d’un pays. C’est ainsi qu’en 2014, plusieurs pays européens, comme le Danemark et la Suède, ont commencé à mettre en place des taux d’intérêt négatifs et qu’en 2016 le Japon a fait de même.

Les banques centrales peuvent mettre en place cette politique monétaire pour stimuler l’activité économique en période de ralentissement ou de récession.

En rendant la détention de monnaie plus coûteuse et l’emprunt moins coûteux, les particuliers et les entreprises sont censés dépenser et investir davantage, ce qui peut stimuler la croissance économique et lutter contre la déflation, comme c’est le cas au « Pays du Soleil Levant ».

Toutefois, les taux d’intérêt négatifs peuvent également avoir des effets secondaires en affectant les revenus des banques et en limitant leur capacité à prêter. En outre, ils mettent en danger la stabilité financière, ce qui pourrait provoquer des réactions imprévisibles sur les marchés.

Malgré les efforts de la Banque centrale du Japon, l’économie du pays est confrontée à des défis persistants tels qu’une croissance stagnante et une faible inflation. Cela a donné lieu à des débats sur l’efficacité des politiques de taux d’intérêt négatifs et sur la nécessité d’explorer d’autres options pour stimuler l’économie.

Pour cette année, le Japon avait annoncé l’élimination de cette stratégie, qui avait commencé à être mise en œuvre il y a huit ans, après avoir appris que son économie était en récession, et a quitté le podium des trois économies les plus fortes pour se placer à la quatrième place.