Chargement en cours

L’obésité est devenue la forme de malnutrition la plus courante, rapporte l’OMS

L’obésité est devenue la forme de malnutrition la plus courante, rapporte l’OMS

Une étude réalisée par l’Organisation mondiale de la santé des Nations Unies, publiée dans la revue « The Lancet », indique que plus d’un milliard de personnes, soit une sur huit, souffrent d’obésité, un problème qui dépasse déjà les pays riches. En Amérique latine – notamment dans les Caraïbes – le pourcentage de personnes obèses et extrêmement maigres, l’autre fléau, a augmenté.

Première modification :

3 minutes

Ce vendredi 1er mars, un rapport de l’Organisation Mondiale de la Santé publié par The Lancet – une revue médicale spécialisée – a mis à jour les chiffres concernant les niveaux de malnutrition dans le monde, avec une conclusion alarmante : une personne sur huit souffre de l’obésité, l’équivalent de plus d’un milliard de citoyens.

L’étude a collecté des données provenant de plus de 190 pays et a été préparée en collaboration avec l’Imperial College de Londres.

Le texte indique également que l’obésité a quadruplé chez les enfants et les adolescents entre 1990 et 2022, tandis qu’elle a doublé chez les femmes adultes et triplé chez les hommes. Dans le détail, les estimations montrent qu’il y a deux ans, quelque 159 millions d’enfants et d’adolescents âgés de cinq à 19 ans souffraient d’obésité.

Majid Ezzati, professeur à l’Imperial College, a déclaré qu’il était « très inquiétant » que « l’épidémie » d’obésité qui « était évidente chez les adultes dans une grande partie du monde dans les années 1990 se reflète désormais également chez les enfants et les adolescents ».

Dossier : Un patient est assis avec un tensiomètre dans un centre de rééducation et de suivi pour patients présentant des problèmes de surpoids ou d'obésité, à Pirae, Tahiti, Polynésie française, le 10 septembre 2021.
Dossier : Un patient est assis avec un tensiomètre dans un centre de rééducation et de suivi pour patients présentant des problèmes de surpoids ou d’obésité, à Pirae, Tahiti, Polynésie française, le 10 septembre 2021. AFP – SULIANE FAVENNEC

En pleine diminution des mineurs touchés par l’insuffisance pondérale (enfants qui pèsent moins que ce qui correspondrait à leur âge, selon les critères de l’OMS), L’obésité reste la forme de malnutrition la plus courante dans la plupart des pays.

Cependant, Francesco Branca, directeur du Département de nutrition et de sécurité alimentaire de l’OMS, a tenu à souligner que « la nutrition insuffisante et l’obésité sont les deux faces d’un même problème, le manque d’accès à une alimentation saine ».

Selon Branca, la malnutrition touche particulièrement des régions comme l’Afrique de l’Est ou l’Asie du Sud, où elle est souvent à l’origine d’autres maladies. Pendant ce temps, l’obésité entraîne des maladies cardiovasculaires, du diabète ou des types de cancer.

La malnutrition en Amérique latine

L’une des particularités de cette étude est qu’elle montre que l’obésité a augmenté rapidement dans les pays moins industrialisés, comme certains en Asie ou en Amérique latine.

« Seuls quelques pays ont réussi à maintenir les taux aux niveaux d’il y a 30 ans. Mais dans l’ensemble, il y a eu une forte augmentation à la fois dans les pays à revenu élevé et dans les pays à faible revenu, nous avons constaté de fortes augmentations en Afrique du Nord, au Moyen-Orient, en Amérique du Sud et dans les îles du Pacifique », a déclaré Branca.

Les pays où la prévalence de l’obésité est la plus élevée – une mesure du nombre total de personnes dans un groupe particulier qui ont ou ont eu une certaine maladie – sont les archipels du Pacifique et des Caraïbes.

Dans 50 pays, soit 25 % de l’échantillon, l’obésité a augmenté davantage chez les femmes et dans 41 pays (21 %) chez les hommes. Parmi ces pays, où l’obésité est devenue une maladie prédominante, la majorité se trouvaient au Moyen-Orient et dans les Caraïbes.

Bien que Branca ait souligné que la prévalence continue d’être très élevée dans les pays hautement développés comme les États-Unis et la Chine, les plus élevées se trouvent dans les îles du Pacifique et en Amérique du Sud, où la malnutrition dans les années 90 était déjà très avancée.

Avec EFE et Reuters