Chargement en cours

L’Europe est confrontée à des risques climatiques « critiques », prévient l’Agence européenne pour l’environnement

L’Europe est confrontée à des risques climatiques « critiques », prévient l’Agence européenne pour l’environnement

Les risques climatiques augmentent plus rapidement que les politiques publiques actuelles de l’Union européenne ne sont prêtes à réagir, conclut la première évaluation européenne des risques climatiques de l’Agence européenne pour l’environnement (AEE), publiée le 11 mars. Selon ce bilan, le continent européen, qui se réchauffe depuis les années 1980 deux fois plus vite que les autres régions du monde, n’est pas préparé aux conséquences du changement climatique.

Première modification :

4 minutes

Feux de forêt, inondations, élévation du niveau de la mer, sécheresses… l’intensification de ces phénomènes météorologiques extrêmes est une conséquence du changement climatique et, pour les scientifiques de l’AEE, c’est un fait qu’en raison du réchauffement climatique déjà existant, les catastrophes naturelles vont se multiplier en Europe.

Il est donc nécessaire de procéder à une évaluation des risques : mesurer l’ampleur et l’urgence des défis climatiques, connaître leurs implications pour adapter au mieux les politiques publiques du continent.

« Beaucoup de ces risques ont déjà atteint des niveaux critiques et pourraient devenir catastrophiques si des mesures urgentes et énergiques ne sont pas prises », a prévenu l’AEE lors de la publication du premier rapport. Évaluation européenne des risques climatiques.

Les mesures actuelles pour faire face au changement climatique sont progressistes, mais elles ne sont pas à la hauteur du risque, elles avancent plus lentement que le risque ne s’accroît. Ensuite « Il peut s’avérer nécessaire d’agir d’urgence même face à des risques qui ne sont pas encore critiques», précise l’AEMA.

Une pirogue abandonnée sur le sol fragmenté lors de la sécheresse dans la réserve de Sau, au nord de Barcelone, en Espagne, le 22 janvier 2024.
Une pirogue abandonnée sur le sol fragmenté lors de la sécheresse dans la réserve de Sau, au nord de Barcelone, en Espagne, le 22 janvier 2024. AP-Emilio Morenatti

Cette évaluation constitue un « immense signal d’alarme » pour le continent, a déclaré à l’AP Manon Dufour, directrice du groupe de réflexion environnemental E3G à Bruxelles. Il espère que le document « ouvrira les yeux » des dirigeants européens qui concentrent actuellement leurs discours sur la question de la sécurité, alors que le changement climatique affecte l’économie et la sécurité énergétique et alimentaire du continent.

Qu’impliquent les risques climatiques ?

Au-delà de écosystèmesle changement climatique constitue un risque pour alimentationla santéla économie et la Infrastructure Européen. L’AEE a identifié 36 risques principaux qu’elle a répartis dans ces cinq catégories. Compte tenu des politiques actuelles visant à atténuer ces risques, il a conclu que plus de la moitié nécessitent des mesures supplémentaires et huit nécessitent une réponse urgente.

Dans un scénario pessimiste, l’AEE estime que d’ici la fin du siècle « des centaines de milliers de personnes mourraient à cause des vagues de chaleur, et les pertes économiques dues aux seules inondations côtières pourraient dépasser un billion d’euros par an ». Une perte supérieure à ce que l’on estime que l’Union européenne a perdu entre 1980 et 2022 en raison de l’ensemble des événements climatiques extrêmes, soit 650 milliards d’euros.



Toutes les régions européennes ne sont pas vulnérables au même niveau : le sud est confronté à un risque plus élevé d’incendies de forêt et de pénurie d’eau.

À quels défis le continent est-il confronté ?

D’un point de vue alimentaire, les vagues de chaleur et les sécheresses prolongées mettent en danger les récoltes et les réserves d’eau potable. Ces risques climatiques ont également des implications sanitaires : les fortes chaleurs affecteront particulièrement les travailleurs en extérieur, les personnes âgées et celles sans logement adapté.

L’AEE souligne que les solutions à ces risques pour la santé publique vont au-delà des politiques de santé traditionnelles. Il s’agit par exemple d’un meilleur urbanisme, respectueux des écosystèmes et de la végétation (en plus de créer de l’ombre, les arbres absorbent le dioxyde de carbone, principal gaz responsable du réchauffement climatique).

Les pompiers sauvent un homme âgé dans le village inondé de Castel, à Bologne, en Italie, le 17 mai 2023.
Les pompiers sauvent un homme âgé dans le village inondé de Castel, à Bologne, en Italie, le 17 mai 2023. AP-Luca Bruno

Si l’on passe aux infrastructures, le risque climatique d’inondations dans les zones urbaines affecte les installations électriques, les canalisations et les services de transport.

L’ensemble de ces risques climatiques et catastrophes naturelles potentielles a un effet sur l’économie. « Les ministres des Finances ont un rôle essentiel » dans l’évaluation des coûts et des avantages des politiques d’adaptation au changement climatique, a déclaré à Reuters Kate Levick, directrice adjointe d’E3G.

L’évaluation reconnaît les progrès de l’Union européenne dans la compréhension des risques climatiques ; l’AEE appelle désormais à une réponse coordonnée.

Pour garantir la résilience de nos sociétés, les décideurs politiques européens et nationaux doivent agir maintenant, a déclaré la directrice exécutive de l’AEE, Leena Ylä-Mononen.

La Commission européenne devrait réagir au rapport mardi. Le porte-parole de la Commission, Tim McPhie, a déclaré que l’évaluation « a lancé un avertissement très clair et un appel très clair à l’action pour ce qui est à venir ».

Avec AP et Reuters