Chargement en cours

Le président de Catalogne convoque des élections anticipées pour le 12 mai

Le président de Catalogne convoque des élections anticipées pour le 12 mai

Le 12 mai, des élections régionales anticipées auront lieu en Catalogne après l’échec du gouvernement séparatiste à faire approuver son projet budgétaire au Parlement régional, a annoncé mercredi le chef de l’exécutif de la région espagnole, Pere Aragonès. Initialement, ces élections étaient prévues début 2025.

Première modification :

1 minute

Le président de la Catalogne, Pere Aragonès, a annoncé, mercredi 13 mars, la dissolution du Parlement régional et la convocation d’élections régionales anticipées le 12 mai dans cette région du nord-est de l’Espagne, après le rejet de son projet de budget par le Parlement de Catalogne.

Le vote était initialement prévu en février 2025, soit à la fin de la législature actuelle.

« J’ai décidé de convoquer des élections au Parlement de Catalogne le 12 mai », a déclaré le indépendantiste Pere Aragonès lors d’un bref discours à Barcelone, dénonçant « l’irresponsabilité » de ses adversaires au Parlement régional.

Cette décision intervient à la veille du vote, jeudi, d’une loi d’amnistie pour les indépendantistes catalans impliqués dans la tentative de sécession de cette région en 2017. Cette loi était le prix exigé par les deux partis séparatistes catalans pour renouveler le leader du parti. Parti socialiste, Pedro Sánchez, à la tête du gouvernement central en novembre dernier.



Lire aussiEn Espagne, il y a un accord pour traiter la loi d’amnistie pour les indépendantistes catalans

Cependant, la dissolution du Parlement régional ne devrait pas avoir d’impact sur ce vote crucial, puisque la décision du Père Aragonès découle des conflits internes de la politique catalane.

Le chef du gouvernement de la région espagnole, membre d’Esquerra Republicana (ERC, le plus modéré des deux partis indépendantistes catalans), a perdu la majorité au Parlement régional en octobre 2022, lorsque l’autre parti séparatiste, Junts, de l’ancien président Carles Puigdemont, l’organisateur du référendum d’autodétermination de 2017, a claqué la porte en dénonçant ce qu’il considère comme le manque d’engagement du Père Aragonès en faveur de l’indépendance.

Le Père Aragonès avait toujours proclamé son intention de rester jusqu’à la fin de la législature, mais « les blocages (…) entre les groupes politiques du Parlement empêchent que cela soit possible », a-t-il déclaré mercredi.

Avec l’AFP