Chargement en cours

Le Premier ministre péruvien démissionne suite à des allégations de corruption

Le Premier ministre péruvien démissionne suite à des allégations de corruption

Le Premier ministre du Pérou, Alberto Otárola, a démissionné ce mardi 5 mars, après avoir été impliqué dans la signature d’un contrat irrégulier par son ex-partenaire avec l’État. Otálora avait assuré qu’il s’agissait d’un complot et l’avait attribué à l’ancien président Martín Vizcarra (2018-2020).

Première modification :

1 minute

« J’ai pris la décision de présenter ma démission en tant que président du Conseil des ministres »a annoncé Alberto Otárola dans une déclaration à la presse péruvienne, ce mardi 5 mars.

Ainsi, le Premier ministre péruvien, Alberto Otárola, a démissionné de ses fonctions, après avoir été accusé d’avoir facilité un contrat irrégulier de son ex-partenaire avec l’État, une plainte qu’il considérait comme faisant partie d’un complot pour lequel il tenait l’ancien président Martín Vizcarra directement responsable (2018-2020).

Otalora a déclaré qu’il avait pris cette décision pour « donner la tranquillité d’esprit » au gouvernement de la présidente Dina Boluarte.

« Je n’ai aucun doute sur le fait que M. Martín Vizcarra est derrière tout cela », a souligné le Premier ministre sortant.

Il a ajouté qu’il se rend disponible pour « toutes les enquêtes » qui ont été ouvertes dans cette affaire, puisqu’il rejette toute implication dans quelque type que ce soit de corruption.

Ce même mardi, le premier ministre avait rencontré Boluarte, au Palais du Gouvernement de Lima, après le scandale provoqué par un audio dans lequel il aurait proposé un contrat irrégulier à son ex-compagne.

Dans cette affaire, des membres du Congrès de différents groupes ont déposé trois plaintes constitutionnelles contre Otárola, tandis que d’autres groupes ont favorisé son interrogatoire.

Après la diffusion de l’audio entre Otárola et son ex-compagne, Yaziré Pinedo, elle a déclaré lundi 4 mars, dans une interview, que l’ancien président Martín Vizcarra, le frère de l’actuel président Nicanor Boluarte et l’avocat César Figueredo avaient organisé une complot pour limoger Otárola et ainsi pouvoir nommer un nouveau président du Conseil des ministres proche d’eux.

Avec EFE