Chargement en cours

Le Premier ministre Ariel Henry a accepté de démissionner

Le Premier ministre Ariel Henry a accepté de démissionner

Le Premier ministre haïtien, Ariel Henry, a accepté de démissionner et de céder le pouvoir à un gouvernement de transition dans ce pays des Caraïbes, dévasté par la violence des gangs, comme l’a annoncé mardi matin une vidéo publiée sur les réseaux sociaux du gouvernement. La nouvelle avait été avancée par la Caricom, qui a tenu lundi une réunion urgente sur la situation en Haïti en Jamaïque en présence du secrétaire d’État américain Antony Blinken.

Première modification :

1 minute

La situation d’Ariel Henry était devenue intenable. Premier ministre en exercice avec un mandat expiré le 7 février, bloqué Porto Rico depuis plus d’une semaine, interrogé par la population et les gangs qui contrôlent 80% de la capitale Port-au-Prince, Henry a finalement accepté de démissionner. ce mardi.

Henry a publié un message vidéo en créole haïtien déplorant que « depuis plus d’une semaine, notre pays connaît une multiplication des actes de violence contre la population ». « Le gouvernement que je dirige ne peut rester indifférent à cette situation. Comme je l’ai toujours dit, aucun sacrifice n’est trop grand pour notre pays », a-t-il ajouté.

Son gouvernement « accepte la mise en place d’un conseil présidentiel de transition », dont les membres seront choisis dans différents secteurs de la vie nationale, a-t-il expliqué.

La nouvelle avait été annoncée par Irfaan Ali, président du Guyana et leader intérimaire de la Communauté des Caraïbes (Caricom).

Le groupe régional a tenu une réunion urgente lundi en Jamaïque pour faire face à la crise en Haïti, à laquelle ont participé des représentants de plusieurs puissances étrangères, dont les États-Unis.

Actualités en développement…