Chargement en cours

Le pape François accepte la démission d’un évêque polonais accusé d’avoir dissimulé des abus sur mineurs

Le pape François accepte la démission d’un évêque polonais accusé d’avoir dissimulé des abus sur mineurs

Le pape François a accepté ce samedi 9 mars la démission de Mgr Andrzej Franciszek Dziuba, suite aux accusations de dissimulation d’abus sexuels sur mineurs par le clergé polonais. Le Saint-Siège a signalé les omissions de Dziuba dans la gestion de ces dossiers. En Pologne, 30 % de ce type d’abus implique l’Église catholique, selon une commission d’État.

Première modification :

3 minutes

« Le Saint-Père a accepté la démission du gouvernement pastoral du diocèse de Łowicz (Pologne) présentée par Son Excellence Monseigneur Andrzej Franciszek Dziuba », rapporte un communiqué publié par le Saint-Siège.

Ce samedi 9 mars, le pape François a accepté la démission de Mgr Andrzej Franciszek Dziuba, évêque du diocèse de Łowicz, en Pologne. Une décision qui intervient après que le Saint-Siège l’a accusé de dissimuler des abus sexuels sur mineurs.

La nonciature de Varsovie l’a rapporté ainsi :

Des difficultés ont été constatées dans le gouvernement pastoral de SE Andrzej Dziuba et en particulier ses omissions dans le traitement des cas d’abus sexuels sur mineurs commis par certains prêtres, comme le ressort d’une enquête menée par le Saint-Siège, selon le Motu Proprio. Tu es Lux Mundi’

Le « Motu Proprio » mentionné dans la déclaration a été publié en 2019 et exige que l’on signale tout abus sexuel ou de pouvoir présumé de la part du religieux. Également connue sous le nom de « Vos estis lux mundi » (Vous êtes la lumière du monde), elle fixe la procédure à suivre dans les diocèses et exige en même temps de la rapidité dans les enquêtes préliminaires.

La même année, le pape François a cherché à créer un précédent avec un sommet anti-pédophilie, qui a réuni différents rangs de membres de l’Église et a tenu une réunion avec certaines victimes de ces crimes. De cette manière, il a cherché à tracer des feuilles de route pour prévenir de futurs cas.

Selon les médias du Vatican, Dziuba, 73 ans, avait fait l’objet d’une enquête de la part de l’archevêque métropolitain de Lodz, Grzegorz Rys, qui a présenté en 2020 des documents contenant des preuves au Saint-Siège.

D’autre part, Dziuba a été signalé au parquet pour avoir été impliqué dans le délit de non-dénonciation aux autorités des abus sexuels sur une mineure commis en 2016 par un prêtre qui lui était subordonné.

Cette démission intervient dans un contexte où le Vatican a cherché à lutter contre la pédophilie et où le pape François lui-même a demandé pardon pour ces cas. Des milliers d’histoires impliquant des membres de l’Église catholique dans des cas de maltraitance d’enfants ont été rendues publiques ces dernières années.



L’une des plus alarmantes a été une enquête publiée en 2021 en France, qui a montré qu’au moins 200 000 mineurs ont été maltraités au cours des 70 dernières années par des membres de l’Église. À cette époque, le pape François avait exhorté les évêques à redoubler d’efforts pour « faire un refuge » au clergé français. Et après sa publication, il a déclaré :

Ma honte, notre honte, c’est l’incapacité de l’Église à les mettre au centre de ses préoccupations.

En Pologne, 30 % des abus sur mineurs ont lieu dans l’Église : rapport

La démission de Mgr Dziuba met une fois de plus l’accent sur les cas d’abus sur mineurs par des membres de l’Église catholique en Pologne. Selon un rapport de la Commission d’État polonaise contre la pédophilie – publié en 2021 –, 30% des abus contre des mineurs enregistrés dans ce pays entre 2020 et 2021 étaient le fait d’un membre de l’Église catholique.

Le document précise que 100 des 349 plaintes enregistrées depuis la création de la Commission en 2020 impliquent des agresseurs appartenant au clergé catholique.

En général, les abus signalés concernaient principalement des personnes âgées de 11 à 15 ans, mais – selon la commission – il y a également eu 71 plaintes émanant de victimes âgées de 3 à 10 ans.

En revanche, une enquête sur Le ‘New York Times’ assure que même si la Pologne est l’un des pays qui compte le plus de catholiquesseulement 23 % des jeunes femmes de moins de 25 ans vont régulièrement à l’Église.

L’une des raisons est que les jeunes ont perdu confiance dans l’institution, souvent à cause de cas de pédophilie et d’abus sexuels.

L’Église catholique de Pologne a révélé en 2021 avoir reçu depuis 2018 plus de 350 nouvelles plaintes concernant des allégations d’abus sexuels sur mineurs commis par des religieux.

Escroquer EFE et médias locaux