Chargement en cours

Le Hamas décline la contre-proposition de trêve d’Israël alors que la crise humanitaire à Gaza s’aggrave

Le Hamas décline la contre-proposition de trêve d’Israël alors que la crise humanitaire à Gaza s’aggrave

Le groupe islamiste palestinien Hamas a annoncé ce mercredi 6 mars qu’il n’acceptait pas la dernière proposition d’Israël de trêve dans la bande de Gaza. Il a toutefois déclaré qu’il resterait à la table des négociations « pour parvenir à un accord qui fasse des demandes et des intérêts du peuple palestinien une réalité ». Les pourparlers pour un cessez-le-feu restent au point mort, tandis que l’offensive israélienne se poursuit : au moins 86 Palestiniens sont morts et 113 autres ont été blessés au cours des dernières heures lors des attaques de l’armée israélienne dans l’enclave palestinienne. La bande de Gaza est également confrontée à une crise humanitaire sans précédent et « la faim a atteint des niveaux catastrophiques », selon le Programme alimentaire mondial.

Première modification :

3 minutes

« Le Hamas a fait preuve de la flexibilité nécessaire pour parvenir à un accord qui implique une cessation globale de l’agression contre notre peuple. Cependant, l’occupation continue de se soustraire aux obligations de cet accord.« , en particulier ceux faisant référence à un cessez-le-feu permanent, au retour des déplacés, au retrait de la bande de Gaza et à la satisfaction des besoins de notre peuple », a déclaré le groupe Hamas dans un communiqué mercredi 6 mars, déclinant une contre-offre israélienne.

La réponse du groupe intervient en pleine négociation au Caire pour parvenir à un cessez-le-feu.

Une délégation du Hamas est arrivée au Caire en début de semaine pour relancer les négociations avec des représentants des médiateurs, du Qatar, de l’Egypte et des Etats-Unis. Israël a refusé d’envoyer une délégation après n’avoir pas reçu du Hamas une liste des noms des otages vivants.

Lire aussiLe Hamas, le Qatar et les États-Unis reprennent les négociations pour parvenir à un cessez-le-feu à Gaza avant le Ramadan

L’agence EFE a indiqué que le Hamas n’a pas pu figurer sur cette liste car il ne dispose pas d’informations sur le lieu où se trouvent ou le statut de tous les otages.

Une faim sans précédent

En attendant des avancées dans les discussions au Caire. La situation humanitaire continue de se détériorer.

Le Programme alimentaire mondial (PAM) a déclaré avoir tenté mardi de livrer de la nourriture dans le nord de la bande de Gaza, mais Israël l’en a empêché.

« Bien que le convoi d’aujourd’hui n’ait pas atteint le nord pour fournir de la nourriture aux personnes affamées, le PAM continue d’explorer tous les moyens possibles pour y parvenir », a déclaré le Directeur exécutif adjoint du PAM, Carl Skau.


Un convoi de 14 camions, le premier du PMA Depuis la suspension des livraisons dans le nord de Gaza le 20 février, il a été refoulé par les Forces de défense israéliennes après une attente de trois heures au point de contrôle de Wadi Gaza, a rapporté l’agence dans une note.

Après avoir été refoulés, les camions ont été détournés puis arrêtés par une foule nombreuse de personnes désespérées qui ont pillé la nourriture et emporté environ 200 tonnes des camions.

Les routes sont la seule option pour transporter les grandes quantités de nourriture nécessaires pour éviter la famine dans le nord de Gaza, ont-ils ajouté.

La situation est aggravée par les bombardements israéliens continus sur tout le territoire.

Au cours des dernières heures, au moins 86 Palestiniens ont été tués et 113 autres blessés par les attaques de l’armée israélienne dans la bande de Gaza, où le ministère de la Santé dénombre au moins 30 717 morts et 72 156 blessés depuis le début de la guerre le 7 octobre.

« L’occupation israélienne a commis neuf massacres contre des familles dans la bande de Gaza, faisant 86 morts et 113 blessés au cours des dernières 24 heures », indique un communiqué du ministère, contrôlé par le groupe islamiste Hamas.

Parmi les personnes décédées ces dernières heures se trouve une adolescente de 15 ans qui a perdu la vie au complexe médical Al Shifa, dans la ville de Gaza, « des suites de malnutrition et de déshydratation », a rapporté Health.

Avec EFE