Chargement en cours

la plainte pour viol multiple d’une touriste espagnole déclenche une nouvelle fois l’alarme

la plainte pour viol multiple d’une touriste espagnole déclenche une nouvelle fois l’alarme

Une femme de nationalité espagnole et d’origine brésilienne a déclaré avoir été violée par un groupe d’au moins sept hommes en Inde alors qu’elle campait avec son mari dans le district de Dumka, à plus de 1 300 kilomètres de New Delhi. Son mari a affirmé avoir été agressé, battu et menacé de mort, tandis que la femme a été agressée sexuellement par sept hommes. La police a confirmé que trois suspects ont été arrêtés ce samedi 2 mars.

Première modification : Dernière modification:

3 minutes

Une femme de nationalité espagnole a déclaré avoir été violée par un groupe d’au moins sept hommes en Inde. Elle campait avec son mari dans le district de Dumka, dans l’État du Jharkhand, à plus de 1 300 kilomètres de New Delhi, la capitale de l’Inde.

Selon ce que le couple a annoncé sur ses réseaux sociaux, l’homme a été battu et menacé de mort tandis que le groupe d’hommes violait la femme. Les deux sont dans un hôpital où ils sont soignés.

« Ils nous ont attaqués dans le magasin, ils nous ont battus, ils m’ont mis un couteau sous la gorge en disant qu’ils allaient nous tuer, et sept hommes l’ont violée », a déclaré le mari.

De plus, la femme a expliqué qu’ils avaient également été volés. « Nous avions très peu de choses, son véritable motif était de me violer », a déclaré l’influenceur.

Selon la police, trois des agresseurs présumés ont été arrêtés.

Nous avons arrêté certaines personnes (…) et nous arrêterons également le reste des accusés… La victime comptait environ sept hommes impliqués dans le crime et nous en avons arrêté trois, a déclaré aux journalistes l’inspecteur de police Pitamber Singh.

L’inspecteur a également donné des détails sur la démarche engagée auprès du couple. « Comme les victimes ne parlaient qu’espagnol et anglais et que nous ne pouvions pas les comprendre, nous les avons emmenées à l’hôpital où nous avons découvert qu’il s’agissait d’un cas de viol sur la femme », a déclaré Singh Kherwar.

Le couple fait depuis plusieurs années un voyage à moto à travers l’Asie du Sud, qu’ils partageaient sur leurs réseaux sociaux. Selon des sources consultées par EFE, le couple est parti d’Espagne pour effectuer une tournée commençant au Pakistan, puis au Bangladesh, au Sri Lanka, en Inde et au Népal.

L’Espagne est en contact avec le couple

Selon le journal espagnol ‘Le pays’, le ministère espagnol des Affaires étrangères a confirmé l’événement. Par ailleurs, un porte-parole dudit ministère a assuré être en contact avec le couple « pour leur apporter toute assistance consulaire dont ils pourraient avoir besoin ».

Il a toutefois souligné que l’affaire est compliquée car elle se situe dans une région reculée de l’Inde, près de la frontière avec le Bangladesh.

L’ambassade d’Espagne en Inde a contacté les autorités et a envoyé du personnel dans la région.

Autres cas de viols multiples

Cet événement ne fait pas exception en Inde. Ces dernières années, plusieurs plaintes pour viols multiples ont été déposées. L’un des plus connus était celui connu sous le nom de « Nirbhaya ». En 2012, Jyoti Singh, physiothérapeute de 23 ans, a été violée et torturée par six hommes dans un bus en marche à New Delhi. La femme est décédée quelques jours plus tard des suites des blessures qu’elle a subies lors de l’attaque.

L’événement a ensuite déclenché des protestations massives et conduit à une réforme judiciaire pour punir plus rigoureusement les cas de viol.


Cependant, cela n’a pas cessé. En 2017, une jeune fille de 17 ans a été violée par un député du parti au pouvoir, le BJP. Après avoir signalé l’incident, la famille a subi des représailles et des intimidations.

Plus récemment, en 2020, quatre hommes ont agressé sexuellement une jeune fille de 19 ans, décédée deux semaines après l’agression.

L’Inde, un pays dangereux pour les femmes

L’Inde est considérée comme l’un des pays les plus dangereux pour les femmes. Comme montré ‘Le pays’ — citant une étude de la Fondation Thompson Reuters en 2018 —, « le risque élevé de subir des violences sexuelles et de l’esclavage au travail » a été placé en tête de la liste. En fait, il a dépassé des pays comme l’Afghanistan ou la Syrie.

Selon les chiffres rapportés par EFE, en 2022, le pays a signalé 31 500 cas. Autrement dit, 86 femmes sont violées chaque jour.

Toutefois, ce chiffre pourrait être bien plus élevé. Plusieurs organisations et analystes soulignent que la peur du signalement ou la stigmatisation des femmes victimes de ces crimes pourraient conduire à une sous-déclaration.

Escroquer EFE et médias locaux