Chargement en cours

la faim à Gaza est utilisée comme « arme de guerre » ; en route, expédier avec l’aide promise

la faim à Gaza est utilisée comme « arme de guerre » ; en route, expédier avec l’aide promise

Un navire transportant 200 tonnes d’aide humanitaire se dirige ce mercredi 13 mars vers la bande de Gaza, après avoir quitté Chypre, dans le cadre du corridor maritime annoncé par l’Union européenne, et après quelques jours de retard. L’aide arrive au moment où la faim ravage l’enclave, principalement dans le nord, où des personnes, pour la plupart des enfants, sont mortes ces derniers jours faute de nourriture. Face à une situation alarmante, le haut diplomate européen Josep Borrell a dénoncé le fait que la faim soit utilisée à Gaza comme une « arme de guerre ».

Première modification :

5 minutes

L’Occident et d’autres pays commencent à mettre en place des alternatives pour acheminer une aide humanitaire d’urgence à Gaza au milieu de la guerre en cours.

Un navire de l’ONG espagnole Open Arms est en route ce mercredi 13 mars vers l’enclave palestinienne bloquée, chargé de 200 tonnes d’éléments de base pour la survie.

Il s’agit du premier tracé du corridor maritime annoncé le 8 mars par la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, et dont le démarrage était prévu le week-end dernier. La mission a toutefois quitté Chypre avec quelques jours de retard en raison de « problèmes techniques », selon le gouvernement de l’île.

Photo publiée par l'ONG Open Arms le 12 mars 2024 du navire transportant de l'aide humanitaire vers Gaza, dans le port de Larcana, à Chypre.
Photo publiée par l’ONG Open Arms le 12 mars 2024 du navire transportant de l’aide humanitaire vers Gaza, dans le port de Larcana, à Chypre. © Bras Ouverts (POA)/AFP

En outre, Quatre navires de l’armée américaine ont quitté la Virginie mardi 12 mars, chargés de tonnes d’équipements et de segments en acier, pour construire un quai flottant au large de Gaza. pour la livraison de nourriture.

C’est un espoir pour des milliers de personnes ont cruellement besoin de nourriture, d’eau, de médicaments et d’autres ressources vitales après plus de cinq mois de guerre et un blocus total par les troupes israéliennesen réponse à l’attaque du Hamas contre ce pays à majorité juive le 7 octobre.

L’opération, promue par l’Union européenne (UE), les États-Unis, Chypre et les Émirats arabes unis, entre autres pays, intervient après des mois d’avertissements sur le risque de famine dans l’enclave palestinienne. L’ONU a averti fin février que la famine était « imminente » dans le nord de l’enclave, où il est plus difficile d’atteindre la rare aide humanitaire, mais la situation de famine s’étend à tout ce territoire palestinien.

Borrell : la faim à Gaza est utilisée comme « arme de guerre »

Le chef des Affaires étrangères de l’Union européenne (UE), Josep Borrell, a critiqué mardi le manque d’aide arrivant à Gaza, qualifiant la situation de catastrophe « provoquée par l’homme ».

Devant le Conseil de sécurité de l’ONU, Borrell a assuré que la faim était utilisée comme « arme de guerre ».

« Cette crise humanitaire n’est pas une catastrophe naturelle, ce n’est pas une inondation, ce n’est pas un tremblement de terre, elle est provoquée par l’homme », a fait remarquer le haut diplomate européen depuis le siège de l’ONU à New York.


Auparavant, Borrell et les agences de l’ONU avaient directement ciblé Israël comme un pays qui empêche continuellement l’entrée de l’aide aux Gazaouis. Toutefois, l’administration de Benjamin Netanyahu a rejeté ces accusations.

Le gouvernement israélien a même accusé l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés palestiniens (UNRWA) de « mentir ». Toutefois, la nourriture est rare dans le sud et le centre de l’enclave et aucune aide n’est apportée au nord.

Le 8 mars, plusieurs hôpitaux et le ministère de la Santé de l’enclave assiégée ont indiqué qu’au moins 20 personnes étaient décédées par manque de nourriture et par déshydratation, pour la plupart des enfants.

Des dizaines de personnes déplacées, interrogées par l’agence de presse AP, ont décrit la situation de faim et expliqué que beaucoup consomment des herbes bouillies, pour tenter de compenser le manque de nourriture.

Pour la première fois depuis le début de la guerre, l’aide arrive directement au nord de Gaza

Au milieu de la pression et de l’alerte sur une famine qui pourrait frapper l’ensemble du territoire de Gaza, l’armée israélienne a indiqué que six camions transportant de l’aide humanitaire ont traversé dans la nuit du mardi 12 mars directement d’Israël vers le nord de Gaza, pour une nouvelle route.

« Conformément aux directives gouvernementales, six camions d’aide humanitaire du Programme alimentaire mondial (PAM) sont entrés dans la nuit dernière (mardi) dans le nord de la bande de Gaza, par la porte 96 de la barrière de sécurité », a indiqué l’institution militaire dans un communiqué.

Fichier-Des groupes de Palestiniens reçoivent des rations alimentaires à un point de don, dans un camp de personnes déplacées internes, à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 2 février 2024.
Fichier-Des groupes de Palestiniens reçoivent des rations alimentaires à un point de don, dans un camp de personnes déplacées internes, à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 2 février 2024. © AFP/Saïd Khatib

C’est la première fois depuis l’escalade de la guerre en octobre dernier que l’aide arrive directement dans le nord de ce territoire palestinien, où les troupes israéliennes ont commencé leur offensive.

Israël a assuré que la nouvelle route permettant de livrer les articles de première nécessité pour la survie faisait partie d’un projet visant à garantir la livraison des fournitures dans la région.

Face au manque d’alternatives pour acheminer l’aide humanitaire aux Gazaouis par voie terrestre, le 5 mars, la Jordanie a ordonné le largage de nourriture avec l’aide de ses avions de l’armée de l’air.

Une action à laquelle les États-Unis se sont ensuite joints. Mais l’opération est également risquée pour les habitants de Gaza. Au moins cinq personnes sont mortes le 8 mars après avoir été touchées par des caisses en bois contenant de l’aide humanitaire.

Avec Reuters, AP et EFE