Chargement en cours

La coalition de Macron ouvre sa campagne à l’UE, accusant l’extrême droite de chercher un « Frexit » camouflé

La coalition de Macron ouvre sa campagne à l’UE, accusant l’extrême droite de chercher un « Frexit » camouflé

Le Premier ministre français Gabriel Attal et Valérie Hayer, tête de liste du parti Renaissance du président Emmanuel Macron, ont lancé samedi 9 mars la campagne pour les élections européennes en visant l’extrême droite, qu’ils accusent de complaisance. Le président russe Vladimir Poutine. Attal a également accusé le parti de Marine Le Pen de proposer une sortie camouflée de la France de l’UE.

Première modification :

4 minutes

Devant 4 000 militants rassemblés à Lille (nord), le Premier ministre français Gabriel Attal est intervenu lors du lancement de la campagne du parti du président Emmanuel Macron, Renaissance, dont la tête de liste pour les élections européennes du 9 juin est l’eurodéputée Valérie Hayer. , fille d’agriculteurs du nord-ouest de la France.

Dans ce cadre, les alliés de Macron ont tenté ce samedi 9 mars de présenter les forces d’extrême droite du pays comme complaisantes à l’égard du Kremlin, au lancement de leur campagne pour les élections au Parlement européen.

Attal, 34 ans, a attaqué le Rassemblement national (RN) d’extrême droite et l’a accusé de trahir les intérêts de la France et de l’Europe.

« Ils ont toujours dit ‘non’ à l’Europe », a déclaré le Premier ministre. le plus jeune de l’histoire de France.

« La seule différence maintenant, c’est qu’ils le cachent un peu et que le ‘non’ est devenu un ‘niet' », a déclaré Attal, accusant le parti de Marine Le Pen de flirter avec le dirigeant russe Vladimir Poutine.

« Les mots changent, mais les idées ne changent pas. Quand ils (l’extrême droite) disent qu’ils ne vont pas payer la contribution à l’UE qu’ils doivent, qu’ils ne vont pas respecter les règles du groupe. Cela ressemble, ça ça sent, ça a le goût du ‘Frexit' », a prévenu Attal.

« Les premières victimes de son projet caché de quitter l’Europe seraient les classes moyennes françaises », a-t-il ajouté.


Edouard Philippe, ancien Premier ministre de Macron et chef du parti Horizons, a mis en garde contre les risques de l’apaisement, citant l’homme d’État britannique Winston Churchill qui a puni ceux qui nourrissent « un crocodile » dans l’espoir qu’il les mangera « à la fin ». .

Macron, qui envisage de rejoindre la campagne à un stade ultérieur, a appelé ses ministres à combattre le RN « à chaque étape » pour tenter d’arrêter la montée rapide de l’extrême droite.

Dans le paysage politique polarisé de la France, La guerre de la Russie contre l’Ukraine est devenue un sujet brûlant.

Macron a tenté de souligner l’importance d’un plus grand soutien à l’Ukraine et a récemment fait sensation en refusant d’exclure l’envoi de troupes terrestres occidentales dans cette guerre.

Dans une apparente réponse à Macron, Poutine a mis en garde contre un risque « réel » de guerre nucléaire.

Les élections européennes sont considérées comme une étape clé avant la prochaine élection présidentielle française en 2027, lorsque Le Pen devrait faire une quatrième candidature pour le poste le plus élevé et que Macron ne pourra pas se présenter à nouveau en raison de la limite du nombre de mandats.

« Agir ou souffrir »

Macron a choisi Valérie Hayer, 37 ans, chef du groupe Renew au Parlement européen, pour diriger son camp aux élections européennes.

Fille d’agriculteurs français, Hayer est relativement méconnue du grand public.

« Je suis une femme qui a grandi dans une ferme familiale et qui sait ce que l’UE donne à nos agriculteurs », a déclaré Hayer, en clin d’œil au secteur paysan du pays, un mois après avoir organisé une révolte qui a mis le gouvernement en échec. .galo pendant deux semaines

Valérie Hayer, députée française au Parlement européen et chef de liste du groupe Renew (Renaissance), prononce un discours lors du lancement de la campagne politique du parti Renew Europe pour les prochaines élections au Parlement européen, à Lille, dans le nord de la France, le 9 mars 2024. .
Valérie Hayer, députée française au Parlement européen et chef de liste du groupe Renew (Renaissance), prononce un discours lors du lancement de la campagne politique du parti Renew Europe pour les prochaines élections au Parlement européen, à Lille, dans le nord de la France, le 9 mars 2024. . © AFP – Sammer Al-Doumy

S’exprimant à Lille, il s’en est également pris au RN et a déclaré que la responsabilité de son équipe était de contrecarrer cette situation.

« Dans cette campagne, nous serons les seuls à défendre l’Europe », a-t-il déclaré.

« Dans trois mois, nous serons confrontés à un choix : agir ou souffrir, renforcer notre Europe ou nous rendre à ceux qui veulent la démolir », a ajouté Hayer.

Le principal candidat du Rassemblement national aux élections européennes est Jordan Bardella, 28 ans, étoile montante de la politique française d’extrême droite.

Jordan Bardella, président du parti d'extrême droite français du Rassemblement national (RN) et leader de la liste électorale, applaudit lors de son discours lors d'une réunion de lancement de la campagne du RN pour les prochaines élections européennes, à Marseille, dans le sud-est de la France, le 3 mars 2024.
Jordan Bardella, président du parti d’extrême droite français du Rassemblement national (RN) et leader de la liste électorale, applaudit lors de son discours lors d’une réunion de lancement de la campagne du RN pour les prochaines élections européennes, à Marseille, dans le sud-est de la France, le 3 mars 2024. © AFP – Christophe Simon

Hayer est à au moins 10 points de Bardella, qui remporterait les élections européennes avec une énorme marge avec 29% d’intentions de vote, selon les derniers sondages.

Très peu connue du grand public français, la jeune femme politique a évoqué son manque de notoriété.

« Ils disent que je suis ici parce que personne d’autre ne le voulait. J’espère qu’ils ne disent pas cela parce que je suis une femme, une jeune femme. J’ai l’intention de continuer là où je suis », a déclaré Hayer, qui préside depuis janvier le Groupe européen de centristes Renew, après la promotion de Stéphane Séjourné au poste de ministre des Affaires étrangères de la France.

Le week-end dernier, Bardella a abordé la question centrale de l’extrême droite : l’immigration, lorsque le parti a lancé sa campagne électorale dans le port sud de Marseille.

Les membres de l’opposition ont accusé le président d’utiliser le conflit pour améliorer la position de sa coalition à l’approche des élections européennes.

Plus tôt cette semaine, Bardella a qualifié la position de Macron sur l’Ukraine de « sans limites ni lignes rouges ».

Il a déclaré avoir supplié le dirigeant français « de ne pas entrer en guerre contre la Russie ».

Certains dans le camp de Macron ont remis en question l’accent mis sur l’Ukraine et l’extrême droite.

Avec l’AFP et l’EFE