Chargement en cours

Drogue sur les pistes de ski : onze arrestations dans les Alpes lombardes

Drogue sur les pistes de ski : onze arrestations dans les Alpes lombardes

Ils avaient créé un site lucratif de trafic de drogue autour de la station de ski de Livignosatisfaisant les demandes de certains touristes et toxicomanes locaux, mais son activité a été interrompue par l’escadron volant Sondrio de la Polizia di Stato.

A l’issue de l’activité de recherche intitulée «Après-Ski», les agents ont appliqué douze mesures conservatoires contre autant de membres d’un groupe criminel spécialisé dans le trafic de stupéfiants : six d’entre eux ont fini en prison, cinq en résidence surveillée, tandis qu’une personne a été notifiée de l’obligation de rester localisée.

La drogue, appelée « bresaola » par téléphone, était vendue depuis des voitures dans des zones reculées de Livigno. Les épouses des suspects ont également participé au transport et à la vente : n’éveille pas les soupçons et évitant les contrôles, les trafiquants de drogue transportaient et vendaient de la drogue même en présence de leurs enfants, mineurs et nouveau-nés.

L’activité de recherche, démarrée en avril 2023, s’est concentrée sur l’activité de certains familles d’origine albanaiselié à un fugitif recherché pour meurtre, appartenant à un clan mafieux de Scutari (Albanie).

Il s’agit de familles apparemment « respectables », bien intégrées dans le tissu socio-économique de Livigno, tout comme les trafiquants qui servaient à la vente au détail. C’est précisément ce détail qui a rendu l’enquête difficile, qui a nécessité de nombreux services d’observation et de surveillance, ainsi que des interceptions électroniques, environnementales et téléphoniques. Une autre difficulté est venue du extrême prudence des suspects, qui utilisaient un langage codé dans des communications très limitées, même lors de conversations en direct.

L’enquête a révélé que certains des suspects ils se sont vantés sur les réseaux événements sociaux, port d’armes d’assaut et exposition d’argent liquide.

La fourniture de cocaïne est passée entre les mains d’un citoyen Albanais de 26 ans, également lié à la mafia Scutari, qui grâce à ses relations a réussi à se procurer de la drogue à Bruxelles, Turin et Brianza. Une fois arrivé en Valteline, le stupéfiant a été récupéré par un homme de 40 ans, qui avait pour tâche de le transporter à Livigno, où il vivait, de le peser, de le diviser en doses et de le livrer aux trafiquants de drogue concernés.

L’activité d’investigation menée a ensuite généré une autre ligne de recherche. En suivant les trafiquants de drogue à Livigno, les agents ont découvert qu’ils vendaient également du haschisch, qu’ils approvisionnaient par un autre canal. La méthode de négociation était également différente, basée sur l’utilisation de voitures louées de déplacements massifs, avec lesquels les trafiquants atteignaient les clients et échappaient aux contrôles de police. Au cours de l’enquête, la police a procédé à huit arrestations en flagrant délit et saisi 1.823 grammes de cocaïne, 190 d’héroïne et 1.610 de haschich.

La station / Police

L’exécution des mesures conservatoires a eu lieu simultanément en Valteline (dans les communes de Livigno et Sondalo), à Turin et Rimini, avec la collaboration des brigades locales, de la police des frontières de Tirano, de la police locale de Livigno et avec la coordination du service opérationnel central de la Police d’État. Parallèlement, une des mesures de précaution a été exécutée en Francepar la police française, avec la coordination du Service de coopération policière internationale de la Direction centrale de la police criminelle.