Chargement en cours

Une Américaine et un jeune Russe, parmi les 17 otages libérés dans le cadre d’un nouvel échange avec des Palestiniens emprisonnés

Une Américaine et un jeune Russe, parmi les 17 otages libérés dans le cadre d’un nouvel échange avec des Palestiniens emprisonnés

Ce dimanche 26 novembre a été enregistré le troisième jour d’échange d’otages détenus par le Hamas contre des prisonniers palestiniens dans les prisons israéliennes. A cette occasion, trois otages thaïlandais et 14 Israéliens ont été libérés, dont un jeune homme qui possède également la nationalité russe et une fillette israélo-américaine de 4 ans. Côté palestinien, les prisonniers libérés ce dimanche sont tous mineurs.

Les otages libérés par le Hamas ce dimanche 26 novembre parmi lesquels se trouvent neuf enfants, quatre femmes israéliennes et trois citoyens thaïlandais, ont d’abord été remis aux membres de la Croix-Rouge.qui s’est chargé de les transporter vers des centres hospitaliers situés à l’intérieur des frontières israéliennes, afin qu’ils puissent enfin retrouver leurs familles.

Trois des quatre jours d’échanges convenus entre Israël et la milice du Hamas sont déjà passés, dont l’objectif est de libérer 50 otages retenus captifs à Gaza, en échange de la libération de 150 Palestiniens, uniquement des enfants et des femmes, des prisons israéliennes.

Selon les informations fournies par le gouvernement israélien, les 14 otages israéliens libérés ce dimanche sont quatre femmes, neuf mineurs et un homme possédant la double nationalité (russe-israélienne), ainsi que trois Thaïlandais.

Ces personnes rejoignent 41 autres otages libérés vendredi et samedi, dont 26 Israéliens, 14 Thaïlandais et un Philippin, portant le total à 58.

Les otages libérés ce dimanche

« Le gouvernement israélien accueille favorablement le retour en Israël des dix-sept personnes enlevées, quatorze de nos citoyens et trois étrangers », indique un communiqué du bureau du Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Parmi les Israéliens libérés figurent Chen Goldstein Almog, une femme de 48 ans, ainsi que ses enfants Agam, 17 ans, Gal, 11 ans, et Tal, 8 ans.

Également Hagar Brodetz, une femme de 40 ans, avec ses enfants Ofri, 10 ans, Yuval, 8 ans, et Oriya, 4 ans.

Les sœurs Dafna et Ela Elikim, âgées respectivement de 15 et 8 ans, ont également été libérées, tout comme Alma Avraham, 84 ans, Aviva Adrienne Siegel, 62 ans, et Abigail Idan, 4 ans, ayant la double nationalité israélo-américaine.

La libération d’Abigail Edan, quatre ans, a été particulièrement célébrée par le président américain Joe Biden.


« Ce qu’elle a enduré est impensable », a commenté le président lors d’une conférence de presse, au cours de laquelle il a expliqué que la jeune fille avait vu ses parents mourir lors de l’attaque du Hamas en Israël le 7 octobre et a ajouté que la mineure avait quatre ans pendant que j’étais en captivité.

Ron Krivoi, un Israélien russe de 25 ans, a également été libéré, comme un geste du Hamas envers le gouvernement russe.

Le Hamas a déclaré que cette libération était « une réponse aux efforts du président russe Vladimir Poutine » et a précisé que ce citoyen était retenu captif dans la bande de Gaza depuis l’attaque contre Israël le 7 octobre.

Comme le Hamas l’a souligné dans un communiqué, cette libération a également eu lieu « en remerciement pour la position russe de soutien à la cause palestinienne ».

Les médias israéliens ont souligné qu’il s’agissait d’une libération supplémentaire à celles prévues aujourd’hui.

Les Palestiniens libérés sont tous mineurs

Du côté israélien, Tel Aviv libère 39 Palestinienstous mineurs de moins de 18 ans, dont certains se trouvaient à la prison d’Ofer. Là-bas, Les forces de sécurité ont lancé des gaz lacrymogènes et tiré avec des armes à feu dans le but de disperser un groupe de familles qui s’étaient approchées aux abords de la prison pour recevoir leurs proches, selon les informations de l’agence palestinienne WAFA.

« Tous les prisonniers ont été libérés de la prison d’Ofer et du centre de détention de Jérusalem, à l’exception d’un prisonnier de Gaza qui a été libéré au terminal de Kerem Shalom », ont indiqué les services pénitentiaires israéliens dans un communiqué.

Le Club des prisonniers palestiniens a expliqué que les 39 personnes libérées sont des mineurs et que parmi eux se trouvent 21 résidents de Jérusalem, 17 de Cisjordanie occupée et un de la bande de Gaza.

La libération de ces 39 mineurs a porté le nombre total de Palestiniens à 117 – tous des enfants et des femmes libéré au cours des trois derniers jours dans les prisons israéliennes en vertu de l’accord avec le Hamas.

L’agence de presse officielle palestinienne WAFA a rapporté que les forces israéliennes « ont réprimé les familles et les journalistes en attendant la libération des mineurs ».

Un porte-parole des services d’urgence du Croissant-Rouge palestinien a expliqué que ses ambulanciers ont prodigué des soins et transporté vers les hôpitaux trois personnes blessées par balle, dont un garçon de 15 ans, et qu’un journaliste a également été blessé.

En outre, il a ajouté que deux mineurs, âgés de 11 et 13 ans, ont également été emmenés dans une clinique voisine en raison des gaz lacrymogènes tirés par les forces israéliennes.

Le prisonnier palestinien libéré Khalil Zamareh embrasse sa mère alors qu'il est accueilli par sa famille devant son domicile près d'Hébron, en Cisjordanie occupée par Israël, dans le cadre d'un accord d'échange de prisonniers otages entre le Hamas et Israël, le 27 novembre 2023.
Le prisonnier palestinien libéré Khalil Zamareh embrasse sa mère alors qu’il est accueilli par sa famille devant son domicile près d’Hébron, en Cisjordanie occupée par Israël, dans le cadre d’un accord d’échange de prisonniers otages entre le Hamas et Israël, le 27 novembre 2023. © Reuters/Mussa Issa Qawasama

Netanyahu affirme qu’après la trêve, « l’opération » à Gaza se poursuivra

Pour sa première fois dans la bande de Gaza depuis la recrudescence des violences du 7 octobre, le Premier ministre israélien a visité l’enclave palestinienne et a pu accéder à une partie des tunnels souterrains du Hamas, où il a rencontré les forces israéliennes protégeant la zone. Netanyahou a averti que l’accord d’otages n’arrêtera pas Tel Aviv dans sa campagne visant à éradiquer le Hamas.

« Nous avons trois objectifs pour cette guerre : éliminer le Hamas, récupérer tous nos kidnappés et garantir que Gaza ne devienne plus une menace pour l’Etat d’Israël », a déclaré le président israélien, confirmant qu' »ils reviendront en force » après après la fin de la trêve.

Cependant, le Premier ministre s’est également entretenu avec le président Joe Biden, avec lequel il a convenu qu’il ne Il exclut la prolongation de la trêve temporaire, à condition que le Hamas s’engage à libérer au moins 10 otages par jour. On estime que le groupe palestinien a capturé environ 240 personnes.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu se rend dans la bande de Gaza, lors d'une trêve temporaire entre le Hamas et Israël, dans ce document obtenu par Reuters le 26 novembre 2023.
Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu visite la bande de Gaza, lors d’une trêve temporaire entre le Hamas et Israël, dans ce document obtenu par Reuters le 26 novembre 2023. © via Reuters / Avi Ohayon

L’aide humanitaire continue d’arriver à Gaza, mais elle ne suffit pas

Au moment des échanges, les autorités israéliennes en charge des affaires humanitaires dans l’enclave ont confirmé l’entrée de plus de 200 camions transportant une aide humanitaire pour la population civile de la bande de Gaza. Les véhicules sont entrés par le poste de Rafah, situé à la frontière entre l’Égypte et Gaza.

« Jusqu’à présent, 226 camions transportant 3 600 tonnes de tentes, de couvertures et de matelas ont été livrés à la population de Gaza », a indiqué le bureau de Coordination des activités gouvernementales dans les territoires (COGAT) à travers un message sur son compte X, anciennement connu sous le nom de Twitter. .

Dans le premier répit qu’a connu Gaza depuis l’escalade violente qui a déclenché l’attaque du 7 octobre, les familles des deux côtés ont retrouvé leurs proches captifs et les Gazaouis ont l’esprit tranquille avant une éventuelle nouvelle attaque militaire israélienne.

L’ONU affirme cependant que la bande de Gaza a besoin de 200 camions d’aide humanitaire par jour, pendant au moins deux mois.

Le Hamas a affiché son intention de prolonger la trêve, prévue pour quatre jours et qui prendra fin ce lundi, tandis que les prisonniers palestiniens continuent de sortir des prisons. Benjamin Netanyahu a également exprimé sa volonté de prolonger le cessez-le-feu si 10 otages étaient libérés pour chaque jour supplémentaire.

Avec Reuters, EFE et les médias locaux