Chargement en cours

L’hôpital Al Shifa à Gaza cesse de fonctionner et 39 bébés sont en danger

L’hôpital Al Shifa à Gaza cesse de fonctionner et 39 bébés sont en danger

La situation des hôpitaux de Gaza est difficile en raison du manque de carburant, essentiel à leur fonctionnement, et parce qu’Israël prétend que les combattants du Hamas opèrent à partir de ces endroits et qu’ils constituent donc des objectifs militaires. Le Hamas a nié avoir utilisé des boucliers humains. Quoi qu’il en soit, l’hôpital Al Shifa, le plus grand centre de santé de Gaza, a suspendu ses opérations. Les patients en soins intensifs et les bébés en couveuse sont à risque. En revanche, plus d’un mois après qu’Israël a décidé de mettre fin au Hamas à Gaza, suite à l’incursion armée du groupe islamiste en Israël, son armée a annoncé une prolongation de trois heures des pauses humanitaires, pour permettre le départ des troupes. Civils palestiniens, du nord de la bande de Gaza au sud.

Première modification :

3 minutes

Cette situation est le résultat de la persécution du Hamas par l’armée israélienne dans la bande de Gaza, qui a fait 11 078 morts Palestiniens, selon le ministère de la Santé de Gaza, contrôlé par le Hamas. Une réponse à l’incursion armée du groupe islamiste en Israël le 7 octobre, qui a fait 1 200 morts israéliens, selon le ministère israélien des Affaires étrangères.

Cela a conduit à la suspension des opérations de l’hôpital Al Shifa, le plus grand centre de santé de Gaza, selon le ministère de la Santé de l’enclave palestinienne, car le carburant qui permettait de fonctionner était épuisé. Un bébé qui était dans une couveuse est déjà mort.

Voici les informations sur ce qui se passe à Gaza

  • 17h00 (BOG) L’hôpital Al Shifa à Gaza cesse de fonctionner

Le Dr Mohammad Zaqout, directeur général des hôpitaux de la bande de Gaza, a déclaré lors d’une conférence de presse que 39 bébés dans l’unité de soins intensifs néonatals et 40 blessés dans l’unité de soins intensifs couraient un risque dans cet hôpital, après l’épuisement du carburant. De plus, personne ne peut entrer ni sortir de l’hôpital Shifa, donc les blessés à l’extérieur ne trouveront pas d’endroit où se faire soigner, d’autant plus que l’hôpital Al-Quds est complètement hors service et qu’il est impossible de transférer les cas au sud de la bande de Gaza. .

Les corps des Palestiniens tués dans les attaques israéliennes reposent dans un camion à l'hôpital Al Shifa, au milieu du conflit en cours entre le Hamas et Israël, dans la ville de Gaza.
Les corps des Palestiniens tués dans les attaques israéliennes reposent dans un camion à l’hôpital Al Shifa, au milieu du conflit en cours entre le Hamas et Israël, dans la ville de Gaza. © REUTERS – STRINGERREUTERS/Doaa Rouqa

Le directeur des hôpitaux de Gaza a alerté sur le nombre de cadavres autour de l’hôpital et à la morgue, qui n’a désormais plus d’électricité, ce qui rend sa conservation difficile.

  • 16h30 (BOG) Prolongation des heures de pause humanitaire pour permettre le départ des civils palestiniens

L’armée israélienne a annoncé une prolongation de trois heures des pauses humanitaires pour permettre le départ des civils palestiniens du nord de la bande de Gaza vers le sud via l’autoroute Salah al Din, a rapporté l’agence EFE.

Cette route d’évacuation, selon les forces militaires israéliennes, restera ouverte pendant sept heures au lieu de quatre comme les jours précédents et une nouvelle route côtière sera ouverte aux évacuations.


« Nous vous demandons, pour préserver votre sécurité, de profiter de cette période de temps disponible pour vous déplacer vers le sud, car la zone nord de la bande de Gaza est une zone de combats généralisés », a déclaré l’armée. Parallèlement, ils ont dénoncé le fait que « le Hamas tente d’empêcher leurs déplacements », et ont donc exhorté les personnes déplacées à se présenter via une ligne téléphonique israélienne.

Parallèlement, les Forces de défense israéliennes ont également décidé d’effectuer une « pause tactique dans les opérations militaires » de quatre heures dans le camp de réfugiés de Jabalia, au nord de la bande de Gaza, entre 10h00 et 14h00 locales, pour permettre la sortie. de civils.