Chargement en cours

Le nord-ouest de la France se prépare au passage imminent de la tempête Ciarán

Le nord-ouest de la France se prépare au passage imminent de la tempête Ciarán

Le nord-ouest de la France sera confronté à la tempête Ciarán, qui commencera à frapper cette zone ce mercredi 1er novembre, avec des vents pouvant atteindre 170 kilomètres par heure. Le service météorologique national a décrété une alerte rouge dans trois départements à partir de minuit. Quelque 3 200 pompiers seront mobilisés pour répondre à d’éventuelles urgences. Les effets de la tempête se feront également sentir dans les îles britanniques et dans plusieurs régions d’Espagne.

Première modification :

3 minutes

Le service météorologique français, Météo-France, prédit que la « forte tempête d’automne » Ciarán commencera à frapper le nord-ouest du pays dès la nuit de ce mercredi 1er novembre, avec des rafales pouvant atteindre 170 km/h.

Les autorités ont indiqué que Ciarán affecterait plus intensément la zone atlantique de la France et des îles britanniques, même si ses effets se feraient également sentir dans le nord de l’Espagne, avec des pluies en Galice, dans les Asturies et dans l’ouest de Castille et León.

Dès minuit, Météo-France va mettre trois départements en alerte rouge : le Finistère, les Côtes-d’Armor et la Manche.


Le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, a annoncé la mobilisation de 3 200 pompiers dans six départements pour faire face à la tempête : les quatre Bretons (Côtes-d’Armor, Ille-et-Vilaine, Finistère et Morbihan), ainsi que la Manche et Loire-Atlantique.

Darmanin a comparé Ciarán à la tempête qui a dévasté le nord de la France en 1999, avec des vents allant jusqu’à 180 kilomètres par heure, et qui a fait des dizaines de morts.

Le ministre a expliqué que le Les modèles prédictifs « prédisent une tempête comme celle de 1999 », avec des vents « aussi forts, voire plus forts ».« , des vagues allant « jusqu’à 10 mètres » de hauteur et un risque d’inondation.

Lignes ferroviaires suspendues et aéroport de Brest fermé

En prévision de la tempête, la Société nationale des chemins de fer (SNFC), qui s’attend à un retour à la normale « à partir du vendredi 3 novembre », a annoncé la suspension de toutes les lignes de TER dans les régions Bretagne, Pays de la Loire, Normandie et Centre. Val de Loire, ainsi que dans les Hauts-de-France, dans la journée de jeudi. Seule la ligne Paris Bercy-Nevers fonctionnera normalement, selon l’agence.

Quant au TGV, train à grande vitesse, les lignes Paris-Rennes et Paris-Lille fonctionneront, « mais sans passer par des gares intermédiaires situées en dehors des lignes à grande vitesse », précise la SNCF dans un communiqué.

L’aéroport de Brest Bretagne, qui dessert le département du Finistère, qui pourrait être le plus touché, sera fermé mercredi à partir de 17h00 (heure locale) jusqu’à jeudi 9h30, selon un communiqué.

Rafales jusqu’à 170 km/h

Météo-France décrit Ciarán comme « une très forte tempête automnale, probablement d’une intensité extraordinaire pour certains départements du nord-ouest du pays ».

On estime qu’en fin de mercredi le vent va s’intensifier considérablement, mais « il subsiste une incertitude sur l’intensité des rafales », prévient l’agence météorologique nationale dans un bulletin.

Certaines de ces rafales « seront extrêmement fortes et pourront atteindre 150 à 170 km/h sur les côtes du Finistère et des Côtes-d’Armor mercredi soir, puis sur la presqu’île du Cotentin ».

Entre mercredi soir et jeudi matin, « ces rafales vont s’étendre à d’autres départements du nord-ouest du pays et, donc, l’alerte orange sera décrétée », ajoute-t-il.

Météo-France a également mis une grande partie de la côte atlantique en alerte jaune aux vents. Les départements de Bretagne, de La Manche et de Loire-Atlantique sont en alerte jaune aux inondations et trois départements (Finistère, Morbihan et Loire-Atlantique) sont en alerte jaune aux vagues et aux inondations.

Le lundi 30 octobre Les autorités du Finistère ont demandé à la population « d’anticiper ou de retarder ses déplacements pour éviter la tempête »de ranger les objets pouvant « constituer un danger en raison de fortes rafales de vent » et de faire preuve « d’une extrême prudence à l’approche des côtes ».

Dans ce département, qui pourrait être le plus touché, quelque 650 pompiers – contre les 250 qui travaillent quotidiennement – et plus de 430 gendarmes ont été mobilisés de manière extraordinaire mercredi soir.

Avec l’AFP