Chargement en cours

La Colombie et le Venezuela cherchent un accord avec les États-Unis face à la crise migratoire dans la jungle du Darién

La Colombie et le Venezuela cherchent un accord avec les États-Unis face à la crise migratoire dans la jungle du Darién

Caracas (AFP) – Les présidents colombien, Gustavo Petro, et vénézuélien, Nicolás Maduro, ont annoncé ce samedi 18 novembre à Caracas qu’ils cherchaient un accord avec les États-Unis pour résoudre la crise du Darién, la jungle dangereuse à la frontière colombienne-panaméenne qui des centaines de milliers de migrants se dirigent vers les États-Unis. Lors de sa rencontre avec Maduro, Petro a également évoqué une alliance « très probable » entre les compagnies pétrolières publiques des deux pays pour l’exploitation au Venezuela.

Première modification : Dernière modification:

3 minutes

« Nous devons parvenir à un accord avec les Etats-Unis. » C’est « un passage par lequel aucun être humain ne devrait réellement passer (…), en essayant d’atteindre un paradis et on trouve un mur, des camps de concentration, même une prison, un retour forcé sans droits », a déclaré le président colombien. Gustavo Petro, après avoir rencontré le président vénézuélien Nicolás Maduro, au palais présidentiel de Miraflores, à Caracas.

Le président colombien, lors de sa quatrième visite au Venezuela depuis son arrivée au pouvoir, a proposé d’offrir une aide économique aux migrants pour qu’ils retournent dans leur pays d’origine.

« Cet exode », a déclaré Petro, qui a souligné que la majorité est composée de Vénézuéliens, « doit être détourné ».

« Nous avons proposé aux États-Unis un programme pour humaniser l’exodedes primes de stabilisation économique pour chaque famille, afin qu’elles retournent à leur place », a déclaré le président dans un communiqué commun.

« Cet exode de retour, la Colombie veut contribuer à le construire, qu’il s’agisse du retour en Colombie, parce que les grands-parents de ces personnes ou leurs parents sont colombiens, ou qu’il s’agisse du retour au Venezuela (…). Quelle que soit leur libre décision , ce sont les États-Unis qui doivent le soutenir », a ajouté Petro.

« Je pense que nous gagnerions tous, je pense que ce serait gagnant-gagnant, et je pense que cela nous permettrait de régulariser, d’ordonner ce qui est aujourd’hui un exode désordonné qui éradique les droits humains de centaines de milliers de personnes », il a continué.

France 24
France 24 © France 24

Maduro, quant à lui, a célébré ce qu’il a décrit comme des « consensus importants ».

En octobre dernier, le Venezuela a conclu un accord avec les États-Unis pour le « rapatriement direct » des Vénézuéliens, au moment où le président démocrate Joe Biden, candidat à sa réélection en 2024, subit de fortes pressions sur la question de l’immigration.

La jungle du Darien est l’un des couloirs les plus dangereux pour les migrants cherchant à rejoindre les États-Unis. Entre janvier et le 31 octobre 2023, plus de 458 000 personnes l’ont traversé, soit 200 000 de plus que sur toute l’année précédente.

La majorité vient du Venezuela, pays d’où ont émigré plus de 7,5 millions de personnes selon les Nations Unies, un chiffre que Caracas ne reconnaît pas.

Selon ces estimations, Plus de 2,8 millions de Vénézuéliens vivent en Colombie.

Maduro a profité de la réunion pour ratifier « le soutien absolu et total du Venezuela » aux négociations de paix dans le pays voisin.

Alliance « très probable » pour l’exploitation pétrolière au Venezuela

La raison principale de la visite de Petro était précisément de discuter d’une plus grande intégration énergétique avec le Venezuela qui permettrait de mieux faire face aux assauts de la crise climatique, ainsi qu’aux effets que le phénomène El Niño pourrait avoir, en termes de sécheresse dans la région.

C’est pour cette raison que le président colombien a souligné option « très probable » selon laquelle les entreprises publiques des deux pays s’allieraient pour exploiter le pétrole du Venezuelaqui possède les plus grandes réserves prouvées de cet hydrocarbure au monde.

De son côté, Maduro a assuré, sans entrer dans les détails, que « un bon consensus » ainsi que des accords d’investissement « pour la sécurité énergétique du gaz » ont été trouvés.