Chargement en cours

La Colombie applique une « taxe saine » aux aliments ultra-transformés et cherche à être un exemple dans la région

La Colombie applique une « taxe saine » aux aliments ultra-transformés et cherche à être un exemple dans la région

Première modification :

En Colombie, est entrée en vigueur début novembre une taxe sur les aliments ultra-transformés, qui vise à augmenter progressivement leur valeur, afin d’en décourager la consommation. Ce qui représente un progrès pour l’Amérique latine, puisque c’est le premier pays de la région à appliquer une mesure de cette nature, qui va au-delà du « front labelling » appliqué par d’autres nations.

Le 1er novembre 2023, la « taxe santé » est entrée en vigueur en Colombie pour les aliments et les boissons ultra-transformés, c’est-à-dire ceux qui contiennent du sucre, du sodium et des graisses en grande proportion.

Cette taxe a suscité un vif débat dans plusieurs secteurs de la société colombienne : l’industrie alimentaire et les supermarchés s’y sont opposés en raison de la diminution des ventes qu’elle pourrait générer ; et les économistes ont averti que cela pourrait avoir un impact sur l’inflation en augmentant les prix des denrées alimentaires.

Selon Oliver Pardo, directeur de l’Observatoire Fiscal de l’Université Javeriana, « les ménages les plus pauvres devraient dépenser cinq dollars de plus pour payer les impôts » si la consommation de ces produits se poursuit et qu’ils ne sont pas remplacés par des produits plus sains.

Par ailleurs, le gouvernement national a assuré que cette initiative vise à décourager la consommation d’aliments ultra-transformés, afin de ne pas affecter d’autres qui font partie du panier de base comme les fruits, les légumes, les viandes et les légumineuses.


Du 1er novembre jusqu’à fin 2023, la taxe implique une augmentation de 10% sur les produits, en 2024 5% sont ajoutés (soit 15%) et en 2025 la phase progressive culminera, avec une augmentation de 20%.

La Colombie rejoint ainsi la liste des plus de 70 pays dans le monde qui, selon l’Organisation panaméricaine de la santé (OPS), appliquent des mesures similaireset plus de 20 pays américains qui imposent des taxes sur les boissons sucrées.

Pour les spécialistes, la « taxe santé » colombienne est devenue un exemple pour la région, puisqu’il s’agit d’une mesure basée sur la santé publique, qui ne cherche pas à percevoir des recettes.

En Amérique latine, en Argentine, au Chili, en Uruguay et au Brésil Ils appliquent ce que l’on appelle le « Front Labelling », qui sont des symboles d’avertissement sur les produits ultra-transformés. Ils contiennent de grandes quantités de graisses, de sucre et de sodium.

Avec EFE et les médias locaux.