Chargement en cours

Ils enquêtent sur l’empoisonnement présumé de l’épouse du chef des renseignements militaires ukrainiens

Ils enquêtent sur l’empoisonnement présumé de l’épouse du chef des renseignements militaires ukrainiens

L’épouse du chef des renseignements ukrainiens a reçu un diagnostic d’empoisonnement aux métaux lourds et est soignée dans un hôpital, a déclaré un porte-parole de l’agence, alors que la guerre entre le pays et la Russie entre dans son 22e mois.

Première modification :

1 minute

Marianna Budanova est l’épouse du lieutenant-général Kyrylo Budanov, chef de l’agence de renseignement militaire connue en ukrainien sous le nom de GUR. Son état a été confirmé à l’Associated Press par le porte-parole de l’agence, Andrii Yusov.

Yusov n’a pas fourni plus de détails sur l’empoisonnement présumé, ni qui pourrait en être à l’origine.

Plus tôt cette année, le porte-parole a déclaré aux médias ukrainiens que le chef du renseignement militaire avait survécu à 10 tentatives d’assassinat perpétrées par les services de sécurité de l’État russe, ou FSB.

Boudanov avait également déclaré aux médias locaux que sa femme vivait avec lui dans son bureau, ce qui pourrait suggérer qu’elle était la cible de l’empoisonnement.

La Russie n’a fait aucun commentaire dans l’immédiat sur cette allégation d’empoisonnement. Les médias et commentateurs russes ont fait écho aux informations ukrainiennes, certains spéculant que cela faisait partie de combats internes en Ukraine.

Des métaux lourds issus de l’ingestion auraient provoqué l’empoisonnement

Les médias locaux, citant leurs sources au GUR, ont déclaré que Budanova avait été hospitalisée à Kiev.

La nature exacte des métaux lourds à l’origine de l’empoisonnement n’a pas été rendue publique. Cependant, les médias locaux ont déclaré que les métaux n’étaient pas utilisés dans le pays ou dans des équipements militaires, de sorte que les représentants du GUR supposent que l’empoisonnement a été intentionnel, peut-être par la nourriture ou la boisson.

Outre Budanova, plusieurs membres du GUR ont également été diagnostiqués avec le même empoisonnement, selon le journal local « Ukrainska Pravda ».

Le GUR devait publier une déclaration officielle plus détaillée.

Les soupçons d’empoisonnement des opposants font depuis longtemps partie de l’arsenal du Kremlin.