Chargement en cours

Ils dénoncent que tous les hôpitaux du nord de Gaza sont « hors service » ; Des bébés meurent faute de carburant

Ils dénoncent que tous les hôpitaux du nord de Gaza sont « hors service » ; Des bébés meurent faute de carburant

Le ministère de la Santé de Gaza a rapporté le 13 novembre que tous les hôpitaux du nord de l’enclave étaient « hors service » en raison d’un manque de carburant et de fournitures médicales. Au moins 32 patients, dont au moins six bébés, sont décédés au cours des trois derniers jours en raison de pannes de courant à l’hôpital d’Al-Shifa, a indiqué le ministère. La vie d’un plus grand nombre de patients, y compris de nouveau-nés, est en danger, alors que les troupes israéliennes se tiennent aux portes de ce complexe hospitalier, selon des témoins. Pendant ce temps, l’exode de milliers de personnes vers le sud du territoire de Gaza continue de s’accentuer, alors que les attaques dans le nord de la bande côtière s’intensifient.

Première modification :

4 minutes

Le système de santé dans la bande de Gaza s’effondre alors que l’ampleur des morts et des blessés dus aux attaques de l’armée israélienne augmente.

Uniquement à l’hôpital Al-Shifa – contraint de fermer ses opérations dimanche en raison du manque de carburant – Au moins 32 personnes, dont au moins six bébés, sont mortes au cours des trois derniers jours à cause de pannes de courant. qui a touché tous les centres médicaux, selon le ministère de la Santé de Gaza, contrôlé par le Hamas. La vie d’un plus grand nombre de patients est en danger à cause de cette situation.

Le ministère de la Santé du territoire contrôlé par le Hamas a annoncé ces dernières heures qu’il ne pouvait pas mettre à jour le nombre quotidien de morts, en raison de l’effondrement des centres médicaux et des services de communication. Ce week-end, le nombre officiel de décès atteignait plus de 11 100.

Ci-dessous les principales nouvelles de la journée :

  • 05h55 (BOG) Les premiers Gazaouis de nationalité espagnole quittent Gaza

José Manuel Albares, ministre espagnol des Affaires étrangères, a assuré lundi que le premier groupe d’Hispano-Palestiniens est en train d’être évacué de la bande de Gaza, par le poste frontière de Rafah, après avoir passé le point de contrôle du côté palestinien.

« Les premiers hispano-palestiniens ont franchi le checkpoint palestinien. Il y a un double checkpoint (au passage de Rafah). Un palestinien et ensuite un égyptien. Ils se trouvent maintenant au checkpoint égyptien pour entrer définitivement en Egypte », a assuré Albares à propos de la situation de 41 Palestiniens avec des passeports espagnols.

Des Palestiniens ayant la double nationalité marchent en attendant l'autorisation de quitter Gaza, dans le contexte du conflit en cours entre Israël et le groupe islamiste Hamas, au poste frontière de Rafah avec l'Égypte, à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 2 novembre 2023.
Des Palestiniens ayant la double nationalité marchent en attendant l’autorisation de quitter Gaza, dans le contexte du conflit en cours entre Israël et le groupe islamiste Hamas, au poste frontière de Rafah avec l’Égypte, à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 2 novembre 2023. © Reuters/Ibraheem Abou Mustafa

Les citoyens espagnols quitteront l’enclave par groupes de 30 à 40 personnes par jour, selon le coordinateur de la communauté espagnole de la bande de Gaza, Salah Awad El Sousi.

  • 05h40 (BOG) L’UNRWA assure qu’une de ses résidences dans la bande de Gaza a été touchée par les bombardements israéliens

L’agence des Nations Unies pour les réfugiés palestiniens (UNRWA) a assuré qu’une de ses résidences au sud de la bande de Gaza avait reçu « trois coups directs de bombardements navals des forces israéliennes » dimanche 12 novembre. Même si les dégâts sont considérables, aucune victime n’est à déplorer.

« Le personnel international de l’ONU présent à Rafah avait quitté le bâtiment 90 minutes avant l’attaque.. « Aucune victime n’a été signalée parmi le personnel, même si la résidence a subi de graves dégâts », selon un communiqué de l’organisation humanitaire.

Philippe Lazzarini, commissaire général de l’UNRWA, a assuré à ce propos que « l’attaque est une preuve supplémentaire que nulle part à Gaza n’est sûr. Ni le nord, ni les zones centrales, ni le sud. « Le mépris pour la protection des infrastructures civiles, notamment les installations des Nations Unies, les hôpitaux, les écoles, les abris et les lieux de culte, témoigne du niveau d’horreur que vivent les civils de Gaza chaque jour. »

  • 05h30 (BOG) Borrell appelle à envisager une solution définitive au conflit israélo-palestinien

Le haut représentant de l’Union européenne (UE) pour la politique étrangère, Josep Borrell, a invité lundi les 27 États membres à entamer le débat sur une « solution définitive » au conflit israélo-palestinien, après la guerre entre le groupe islamiste Hamas et les forces israéliennes. Armée.

« Aujourd’hui, nous n’allons pas seulement parler de la situation désastreuse à Gaza. « Nous devrions commencer à réfléchir à la solution pour l’après-guerre », a assuré Borrell à la presse, à son arrivée au Conseil des ministres des Affaires étrangères du bloc européen.

Borrell a souligné qu’il est nécessaire de « proposer une solution globale à la question palestinienne » et de ne pas seulement penser à la « reconstruction » de la bande de Gaza.

  • 05h15 (BOG) Le siège israélien contre l’hôpital Al Shifa dans la bande de Gaza se poursuit

Les bombardements et les affrontements armés n’ont pas cessé au cours des dernières 24 heures aux alentours de l’hôpital Al Shifa, principal hôpital de la bande de Gaza et situé au nord de l’enclave. Selon le rapport quotidien du Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies, les dernières attaques ont causé des dégâts aux établissements de soins pour maladies cardiovasculaires et à la maternité.

« Certaines personnes déplacées, membres du personnel et patients ont réussi à fuir, mais d’autres restent piégés à l’intérieur », détaille le document des Nations Unies. De son côté, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a indiqué avoir perdu le contact avec l’hôpital Al-Shifa.

La fumée s'élève alors que des Palestiniens déplacés se réfugient à l'hôpital Al Shifa, dans la ville de Gaza, le 8 novembre 2023.
La fumée s’élève alors que des Palestiniens déplacés se réfugient à l’hôpital Al Shifa, dans la ville de Gaza, le 8 novembre 2023. © Doaa Rouqa / Reuters

Un autre centre médical de l’enclave a également été touché. Le Croissant-Rouge palestinien a averti que l’hôpital Al Quds n’est plus opérationnel en raison du manque de carburant.

Avec EFE et Reuters