Chargement en cours

Des militants pour le climat attaquent « Vénus dans le miroir », du peintre Diego Velázquez

Des militants pour le climat attaquent « Vénus dans le miroir », du peintre Diego Velázquez

Ce lundi 11 novembre, deux militants du groupe environnemental Just Stop Oil ont martelé le verre de protection de « La Vénus del Espejo », du peintre Diego Velázquez, pour faire pression sur le gouvernement de Rishi Sunak. Une tentative d’attirer l’attention des médias pour arrêter de nouveaux projets d’extraction de pétrole et de gaz au Royaume-Uni qui s’est soldée par l’arrestation de dizaines d’écologistes.

Première modification :

2 minutes

Ce lundi, deux jeunes sont entrés dans la National Gallery de Londres et ont attaqué à coups de marteau le tableau « Vénus dans le miroir », du peintre Diego Velázquez. Il s’agissait d’une action menée par des militants du groupe environnemental Just Stop Oil pour attirer l’attention de l’exécutif britannique.

Les militants sont entrés dans le musée d’art et ont saisi deux marteaux de secours pour briser le verre protecteur du tableau.

« Le tableau a été retiré afin qu’il puisse être examiné par les restaurateurs », a indiqué le musée de la National Gallery sur les réseaux sociaux.


Selon Just Stop Oil, le gouvernement britannique a décidé d’arrêter « immédiatement » les nouveaux projets d’extraction de pétrole et de gaz au Royaume-Uni. Tout cela après que l’exécutif de Rishi Sunak ait décidé de donner son feu vert à de nouvelles explorations en mer du Nord.

« Il est temps d’agir, pas de paroles. Il est temps d’arrêter le pétrole. La politique nous laisse tomber. Elle a laissé tomber les femmes suffragettes en 1914 et elle nous laisse tomber maintenant. Le nouveau pétrole et le gaz tueront des millions de personnes. Si « Nous aimons l’art, si nous aimons la vie, si nous aimons nos familles, nous devons simplement arrêter le pétrole », a déclaré l’organisation environnementale.

Mais cette demande a eu des conséquences : selon la police métropolitaine de Londres, les deux militants ont été arrêtés pour dégâts matériels après que le musée a appelé les autorités.

Un militant climatique de Just Stop Oil est arrêté par des agents de la police métropolitaine après avoir participé à une lente marche visant à perturber la circulation, à Whitehall, Londres, le 6 novembre 2023.
Un militant climatique de Just Stop Oil est arrêté par des agents de la police métropolitaine après avoir participé à une lente marche visant à perturber la circulation, à Whitehall, Londres, le 6 novembre 2023. © Daniel Leal / AFP

Près de 40 membres du groupe ont également été arrêtés à proximité du musée pour « perturbation de la circulation », dans le cadre d’une action « disproportionnée », selon Just Stop Oil.

Cette action n’est pas quelque chose de nouveau. Ces dernières années, des militants pour la protection de la planète ont attaqué plusieurs œuvres artistiques dans différentes villes d’Europe.

La première action de ce type fut contre le tableau « Les Tournesols de Van Gogh », réalisée par Just Stop Oil également à la National Gallery de Londres, lorsque deux jeunes ont jeté un pot de concentré de tomate sur l’œuvre.

« Nous n’avons pas endommagé la peinture. J’étais au tribunal et on m’a dit que le cadre, qui est réparable et remplaçable, avait subi des dommages minimes et que le tableau était derrière une vitre. Nous ne l’aurions jamais fait s’il n’y avait pas eu de verre. La tache est sortie avec un peu de papier absorbant», a déclaré Phoebe Plummer, l’une des deux jeunes femmes qui ont participé à l’action. selon le média ‘Infobae’.

Pour les écologistes et les défenseurs de la planète, ces actions ont plus de poids et exercent plus de pression sur les gouvernements que la présentation de rapports étayés par des preuves scientifiques. Il s’agit cependant d’actions controversées qui ont suscité des critiques de la part d’un large secteur de la société.

Avec EFE, Reuters et les médias locaux