Chargement en cours

Canada : à la rencontre de gens déterminés à faire vivre la langue française

Canada : à la rencontre de gens déterminés à faire vivre la langue française

Première modification :

Dans cet épisode de Return Ticket, nous nous dirigeons vers le Canada pour découvrir la diversité des accents et des cultures françaises du pays, alors que l’usage du français décline sur un territoire majoritairement anglophone. De Port Royal, en Nouvelle-Écosse, à Toronto, au Nouveau-Brunswick et à Québec, que reste-t-il de la colonie de la Nouvelle-France du XVIIIe siècle ? Notre correspondant le révèle dans ce reportage.

À son apogée, vers 1750, la Nouvelle-France, vaste colonie française d’Amérique du Nord, s’étendait du fleuve Saint-Laurent dans l’est du Canada jusqu’au pays cajun dans l’actuelle Louisiane au sud des États-Unis.

Cependant, après que la France a perdu le contrôle du territoire au profit de la Grande-Bretagne lors de la guerre de Sept Ans, la langue de Molière a subi une immense pression de la part des langues autochtones et des variantes américaines de l’anglais. Notre correspondant est allé à la rencontre de ceux qui sont déterminés à maintenir la langue française vivante au Canada aujourd’hui.

Aujourd’hui, en Nouvelle-Écosse, à l’extrême est du Canada, seulement 5 % de la population reste francophone. Mais de l’autre côté de la baie de Fundy au Nouveau-Brunswick, on peut entendre « chiac », un français parlé depuis la ville de Caraquet au nord-est jusqu’à Shédiac et Moncton au sud, où se tient chaque été le festival Acadie Rock. La province est à 40 % francophone, même si l’anglais prédomine dans les affaires et l’éducation.

Assurer l’avenir

Au Québec voisin, le premier ministre François Legault intensifie ses efforts en faveur des Français et considère qu’il s’agit « d’une question de survie ». Son gouvernement nationaliste, responsable des plus grandes réformes linguistiques des cinquante dernières années, s’est fait des ennemis ce faisant. Preuve en est les manifestations contre la loi 96 – qui visait à « consolider le statut du français comme langue commune et officielle du Québec » – organisées par 9 % des anglophones de la « Belle Province ».

En Ontario, province du centre-est du Canada, limitrophe des Grands Lacs et des États-Unis, autrefois appelée « Haut-Canada », les francophones souhaitent continuer à étudier et à vivre en français. Les centres francophones proposent également de créer un réseau d’enseignement universitaire entièrement « par et pour les Franco-Ontariens ». Ensemble, elles formeraient le RUFO, le Réseau des universités francophones de l’Ontario.

Pour comprendre dans quelle mesure la langue française survit en sol canadien, il faut suivre les étapes de la « Conquête de l’Ouest » au pays. Les archives militaires attestent d’une présence française jusqu’en Saskatchewan, province du centre du Canada, où l’éphémère Fort La Jonquière fut établi en 1751.

Récemment, au niveau du gouvernement fédéral, un élan majeur a été donné avec l’adoption à la Chambre des communes du projet de loi C-13, le 15 mai 2023. Le texte, salué comme « historique », réforme la loi sur les langues officielles. Son objectif principal est d’arrêter le déclin du français dans le pays, pour que la langue de Molière n’appartienne pas seulement au passé et continue d’être un projet d’avenir.