Chargement en cours

avancée militaire et diplomatie pour commémorer le dixième anniversaire du Maidan

avancée militaire et diplomatie pour commémorer le dixième anniversaire du Maidan

Un vent d’espoir souffle ce mardi 21 novembre en Ukraine à l’occasion du dixième anniversaire de la révolution du Maïdan. Ses troupes ont réussi une percée sur la rive gauche du Dniepr, occupée par l’armée russe, tandis que Kiev a reçu la visite de plusieurs ministres des Affaires étrangères qui ont assuré l’Ukraine de leur soutien.

Première modification :

3 minutes

Mardi 21 novembre, il n’y aura pas de grands rassemblements en Ukraine pour commémorer le dixième anniversaire de la révolution Maïdan, « mais tous les Ukrainiens penseront à cette journée si particulière », affirme Emmanuelle, correspondante de France 24 à Kiev. Chaze.

Le président du Conseil européen, Charles Michel, a annoncé ce mardi sa venue à Kiev pour commémorer le dixième anniversaire de la révolte historique pro-européenne du Maïdan, qui a chassé du pouvoir le régime pro-russe.

« Heureux d’être de retour à Kiev parmi mes amis », a écrit le président ukrainien Volodymyr Zelensky sur X (anciennement Twitter). Le président a décrit la révolution Maïdan, du nom de la place centrale de Kiev où les manifestants se sont rassemblés, comme la « première victoire » dans la guerre contre les Russes.


Le président du Conseil européen, institution qui représente les 27 États membres, a déclaré peu avant son arrivée qu’il était venu « exprimer le fort soutien de l’UE » et préparer avec Zelensky le prochain sommet européen de décembre, au cours duquel la prochaine étape de la candidature de Kiev à l’UE.

Début novembre, la Commission européenne a donné son feu vert à l’octroi du statut de pays candidat à l’Ukraine, mais la décision appartient aux États membres.

visites symboliques

Quelques heures plus tôt, le ministre allemand de la Défense Boris Pistorius était également arrivé à Kiev pour une visite surprise afin de réaffirmer aux dirigeants ukrainiens l’engagement de Berlin envers l’Ukraine, envahie par la Russie depuis près de deux ans.

Lundi 20 novembre, le secrétaire américain à la Défense, Lloyd Austin, s’est également rendu dans la capitale ukrainienne pour réaffirmer le soutien américain et annoncer une aide militaire supplémentaire de 100 millions de dollars.

Kiev craint un moindre engagement de la part de ses alliés occidentaux à l’heure où l’attention internationale se concentre sur le Moyen-Orient. Sans parler du fait que le Congrès américain est divisé sur la poursuite de l’aide à l’Ukraine et que l’Union européenne est divisée sur le financement de son propre programme d’aide.

L’Ukraine a annoncé une avancée de ses troupes sur la rive gauche du Dniepr, occupée par l’armée russe, un succès après des mois de contre-offensive infructueuse. « C’est important, car si l’armée ukrainienne parvient à traverser le fleuve, les troupes russes seront en difficulté », explique Emmanuelle Chaze.

Si cette avancée se confirme, il s’agira de la plus grande poussée de l’armée ukrainienne contre les Russes depuis la reconquête de la ville de Robotyne, dans la région de Zaporizhia, en août, et le lancement de la contre-offensive en juin.

« L’avenir de l’Ukraine est en Europe »

De son côté, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a envoyé un message vidéo aux dirigeants ukrainiens dans lequel elle a réaffirmé que « l’avenir de l’Ukraine réside en Europe ». Il y a exactement 10 ans, « une nation entière descendait dans la rue et parlait d’une seule voix » pour dire que « l’Ukraine appartient à l’Europe », se félicitait-il dans son message.


« Il y a 10 ans, les Ukrainiens ont lancé leur première contre-offensive (…) contre les tentatives visant à nous priver de notre avenir européen », a rappelé Zelensky dans un message vidéo adressé à son peuple.

Le 21 novembre 2013, des milliers de manifestants se sont rassemblés sur la place Maïdan, au centre de Kiev, pour protester contre la décision du président de l’époque, Viktor Ianoukovitch, sous la pression de Moscou, de ne pas signer un accord d’association entre son pays et l’Union européenne. . .

Avec l’AFP

Cet article a été adapté de son original en français