Chargement en cours

Au Panama, l’interdiction d’octroyer des licences d’exploitation de métaux est désormais une loi

Au Panama, l’interdiction d’octroyer des licences d’exploitation de métaux est désormais une loi

Première modification :

Tandis que les manifestations d’écologistes et de syndicats se poursuivent pour exiger la suppression du contrat entre le gouvernement panaméen et la filiale locale de First Quantum Minerals pour l’exploitation du cuivre, l’Assemblée législative a paralysé la délivrance de nouvelles concessions minières et le président a sanctionné la loi.

Ce vendredi 3 novembre 2023, l’Assemblée nationale du Panama a approuvé une loi de moratoire minier d’une durée indéterminée qui interdit l’octroi de concessions minières de métaux à l’avenir et ordonne le rejet de celles qui sont en cours sur tout le territoire national.

Ce projet, envoyé par l’Exécutif et ratifié par le Président Laurentino Cortizo après son approbation, est né en réponse au rejet citoyen du renouvellement du contrat entre le gouvernement et la société canadienne First Quantum Minerals (FQM), qui exploite la mine de cuivre. le plus grand d’Amérique centrale.

Cependant, le nouveau règlement ne commente pas la situation de l’entreprise canadienne, puisque, jeudi 2 novembre, l’Assemblée a modifié le projet et abrogé l’article qui faisait référence au contrat controversé, ce qui a ravivé les protestations dans les rues.

Avec cette décision, Ce sera la Cour suprême de justice de ce pays qui devra décider si ce contrat est valide ou inconstitutionnel, une action qui, d’une part, suscite la méfiance dans divers secteurs et alerte les juristes, car elle suppose que l’entreprise pourrait poursuivre l’État en justice si le contrat est refusé.

Une fois la norme sanctionnée, le président Laurentino Cortizo a déclaré qu’il « attendait » la décision de la Cour suprême de justice.


Les manifestations massives au Panama ont donné lieu à des marches et à des blocages sur les routes principales, menées par le Syndicat unique national des travailleurs de la construction et des industries similaires (Suntracs), qui s’oppose à ce contrat avec la FQM pour 20 ans prorogeable pour l’exploitation minière à ciel ouvert.

Avec l’EFE et l’AFP