Chargement en cours

Qu’ont démontré les Argentins lors du premier tour présidentiel ?

Qu’ont démontré les Argentins lors du premier tour présidentiel ?

Première modification :

Les élections législatives du dimanche 22 octobre dernier en Argentine ont réservé deux grandes surprises : les scores de Javier Milei et Sergio Massa. Le libertaire et d’extrême droite Javier Milei n’a pas obtenu autant de voix que le prédisaient les sondages et, au moins jusqu’au premier tour, il a stagné par rapport aux primaires d’août. Tandis que le péroniste Massa a presque doublé le nombre de voix et s’est présenté au second tour comme le plus voté. Nous l’analysons dans cette édition d’El Debate.

Les résultats des élections présidentielles en Argentine ont été surprenants car ils vont à l’encontre de ce que prédisaient les sondages. Le seul succès a été que le parti au pouvoir Sergio Massa est passé au second tour aux côtés du libertaire Javier Milei.

Cependant, les pourcentages prédits par les sondages ont changé : les sondages n’ont pas donné à Massa plus de 30% des intentions de vote et il a obtenu près de 37% ; tandis que Milei était censé avoir le plus de voix, il a obtenu un peu moins de 30 %. Les trois autres candidats se sont partagés le tiers restant des voix : la droite et macriste Patricia Bullrich a obtenu près de 24 % ; le gouverneur de Cordoue, Juan Schiaretti, environ 7% et la gauchiste Myriam Bregman, moins de 3%.

Désormais, Massa et Milei ont non seulement besoin des voix des trois autres candidats à la Casa Rosada, mais ils doivent aussi convaincre les 2% qui ont voté blanc et les 22% d’électeurs qui ne se sont pas rendus aux urnes.

Qu’ont montré les Argentins au premier tour des élections législatives ? Que se passe-t-il pour les élections finales ? L’idée de changement que défend Milei est-elle dégonflée ? Pourquoi Massa se démarque-t-il à ce point en tant que ministre de l’Économie en pleine crise économique ? Nous l’analysons avec nos invités :

– Miguel Boggiano, économiste chez Carta Financiera et analyste politique.

– Graciela Inés Treber, économiste et conseillère indépendante.