Chargement en cours

Macron propose une coalition contre le Hamas ; Plus de 5 700 morts à Gaza

Macron propose une coalition contre le Hamas ; Plus de 5 700 morts à Gaza

Depuis Israël, où il est arrivé le 24 octobre en signe du soutien de son gouvernement à ce pays après l’attaque du Hamas, le président français Emmanuel Macron a proposé que l’actuelle coalition internationale déployée contre l’État islamique autoproclamé en Irak et en Syrie soit élargie pour combattre Hamas. Pendant ce temps, des milliers de civils palestiniens continuent de subir les conséquences de la guerre : des dizaines d’autres sont morts ces dernières heures, dans un contexte de forte augmentation des bombardements israéliens. L’ONU appelle à accroître l’aide humanitaire insuffisante qui est parvenue jusqu’à présent à l’enclave.

Les puissances mondiales continuent de montrer leur soutien fiable au « droit légitime d’Israël à la défense ». Parallèle, Au moins 5 791 Palestiniens ont perdu la vie à Gaza à cause des bombardements, dont plus de 2 000 enfants. depuis que l’armée a commencé sa réponse à l’attaque sanglante du Hamas sur le sol israélien le 7 octobre, qui a fait environ 1 400 morts.

Le président Emmanuel Macron est le dernier dirigeant à arriver en Israël en signe de soutien. Ce 24 octobre, après avoir rencontré les familles des personnes tuées et kidnappées par le mouvement islamiste, Macron a proposé une coalition militaire internationale pour combattre le Hamas, similaire à celle déjà utilisée contre l’État islamique autoproclamé en Irak et en Syrie.

Pour les Gazaouis, la situation s’aggrave après 18 jours avec des pénuries d’eau, de nourriture, de médicaments et d’électricité. Dans l’enclave palestinienne, il n’existe aucun endroit sûr où se mettre à l’abri des attaques aériennes incessantes.

Voici les principales nouvelles de la journée :

  • 7h25 (BOG) 35 travailleurs de l’ONU sont morts à Gaza depuis le 7 octobre

Il s’agit plus précisément du personnel de l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA).

Le nombre de travailleurs humanitaires morts est passé à 35, après que la mort de six autres membres de l’organisation ait été confirmée. De plus, 18 personnes ont été blessées.

L’UNRWA a indiqué avoir trouvé des restes d’obus dans ses installations du camp de Bureij et à Nuseirat, dans le centre de Gaza, à la suite des bombardements israéliens dans les zones voisines le dimanche 22 octobre dernier.

  • 6h53 (BOG) ONU : une partie de l’aide humanitaire ne peut pas être utilisée en raison du manque d’eau et de carburant

L’Agence des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine au Proche-Orient (UNRWA) assure qu’une partie de l’aide qui a commencé à arriver de la frontière avec l’Égypte « n’est pas très utilisable », car il s’agit de nourriture qui nécessite de l’eau douce et du carburant, de plus en plus rares. , à cuire.

« Mes collègues m’ont dit que dans l’un des envois de ces derniers jours, nous avions reçu des boîtes de riz et de lentilles, données très, très généreusement (…) Mais pour cuisiner des lentilles et du riz, les gens ont besoin d’eau et de gaz. Et donc, ce type de les fournitures, bien que très généreuses et bien intentionnées, ne sont pas très utilisables », a déclaré la porte-parole de l’UNRWA, Tamira Alrifai.

Un homme décharge l'aide humanitaire d'un convoi de camions entrant dans la bande de Gaza depuis l'Égypte, via le poste frontière de Rafah, le 23 octobre 2023. Les Nations Unies affirment que les Palestiniens de l'enclave ont besoin d'environ 100 camions d'aide par jour pour répondre aux besoins des ses 2,4 millions d'habitants, dont près de la moitié ont été déplacés par les bombardements israéliens en réponse à l'attaque du Hamas du 7 octobre.
Un homme décharge l’aide humanitaire d’un convoi de camions entrant dans la bande de Gaza depuis l’Égypte, via le poste frontière de Rafah, le 23 octobre 2023. Les Nations Unies affirment que les Palestiniens de l’enclave ont besoin d’environ 100 camions d’aide par jour pour répondre aux besoins des ses 2,4 millions d’habitants, dont près de la moitié ont été déplacés par les bombardements israéliens en réponse à l’attaque du Hamas du 7 octobre. ©AFP/Eyad Baba

Alrifai a souligné qu’un total de 54 camions sont entrés à Gaza depuis le début du transit des convois humanitaires samedi 21 octobre, ce qu’il a qualifié de « goutte à goutte » par rapport aux près de 500 livraisons de camions transportant de l’aide et des marchandises commerciales en une journée. en période de calme relatif.

  • 6:43 (BOG) L’une des otages libérées affirme avoir été battue

Yocheved Lifshitz, 85 ans, l’une des deux femmes libérées par le Hamas lundi 23 octobre, a déclaré mardi lors d’une conférence de presse que les militants l’avaient battue à coups de bâton au moment de son enlèvement. En conséquence, a-t-il déclaré, ils lui ont blessé les côtes et lui ont causé des difficultés respiratoires.

La femme a décrit comment les hommes armés l’ont emmenée à Gaza, puis l’ont forcée à marcher plusieurs kilomètres sur un sol humide pour atteindre un réseau de tunnels qui ressemblait à une « toile d’araignée ».

Cependant, il a également noté que pendant sa captivité, il avait reçu un bon traitement.


Lifshitz fait partie des quatre otages libérés ces derniers jours et le premier à s’exprimer publiquement parmi les 220 qui, selon les chiffres des autorités israéliennes, restent au pouvoir du Hamas.

Au moment de procéder à ces libérations, le mouvement islamiste invoquait des « raisons humanitaires » liées à leur état de santé.

  • 6h37 (BOG) Le bilan des morts à Gaza s’élève à 5 791

C’est le nombre de personnes décédées dans l’enclave depuis le début de la réponse de l’armée israélienne à l’attaque surprise du Hamas, le 7 octobre.

Parmi les victimes dans ce territoire palestinien figurent 2 360 enfants, selon le ministère de la Santé de Gaza, dirigé par le Hamas.

Dossier - Le père d'un garçon de la famille al-Majaida décédé lors d'une frappe aérienne israélienne sur sa maison porte son corps lors de ses funérailles à Khan Yunis, dans le sud de la bande de Gaza, le 19 octobre 2023. Des milliers de personnes, Israéliens et Palestiniens , sont décédés depuis le 7 octobre 2023, après que des militants palestiniens du Hamas basés dans la bande de Gaza sont entrés dans le sud d'Israël lors d'une attaque surprise qui a conduit Israël à déclarer la guerre au Hamas à Gaza le 8 octobre.
Dossier – Le père d’un garçon de la famille al-Majaida décédé lors d’une frappe aérienne israélienne sur sa maison porte son corps lors de ses funérailles à Khan Yunis, dans le sud de la bande de Gaza, le 19 octobre 2023. Des milliers de personnes, Israéliens et Palestiniens , sont décédés depuis le 7 octobre 2023, après que des militants palestiniens du Hamas basés dans la bande de Gaza sont entrés dans le sud d’Israël lors d’une attaque surprise qui a conduit Israël à déclarer la guerre au Hamas à Gaza le 8 octobre. AFP/Mahmud Hams

Le ministère a ajouté que le registre comprend 704 personnes décédées en seulement 24 heures.

Les chiffres n’ont pas été vérifiés de manière indépendante.

  • 6h15 (BOG) Israël multiplie les frappes aériennes qui font encore plus de morts à Gaza

Aux premières heures de ce mardi, Un bombardement de l’armée israélienne contre un bâtiment de la ville de Khan Younis, dans une zone de réfugiés, a fait au moins 32 morts.

Il s’agit d’une ville du sud de la bande de Gaza, où l’institution militaire a exhorté la population du nord de l’enclave à se déplacer. Mais dans le territoire bloqué, aucun endroit n’est à l’abri des bombardements.

File-Des citoyens palestiniens se rassemblent sur le site d'une attaque israélienne contre une maison, au milieu du conflit en cours entre Israël et le groupe islamiste palestinien Hamas, dans la ville de Gaza, le 21 octobre 2023.
File-Des citoyens palestiniens se rassemblent sur le site d’une attaque israélienne contre une maison, au milieu du conflit en cours entre Israël et le groupe islamiste palestinien Hamas, dans la ville de Gaza, le 21 octobre 2023. REUTERS – STRINGER

Parmi les victimes de cette attaque figuraient 13 membres d’une même famille, a déclaré le survivant Ammar al-Butta, qui a souligné qu’environ 100 personnes s’étaient réfugiées dans le bâtiment attaqué.

Une autre frappe aérienne israélienne contre plusieurs maisons à Rafah, également dans le sud de Gaza, a fait au moins 28 morts, selon le ministère de l’Intérieur, dirigé par le Hamas.

  • 6h03 (BOG) Netanyahu : « Tout le monde sera en danger »

Lors de la conférence de presse conjointe avec le président français Emmanuel Macron, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a souligné que la lutte contre le Hamas n’est pas seulement l’affaire de son pays mais du monde entier. Selon lui, le mouvement islamiste compromet la sécurité du Moyen-Orient, de l’Europe et des États-Unis.

« Tout le monde sera en danger » si le Hamas gagne, a déclaré Netanyahu après avoir décrit le groupe qui contrôle la bande de Gaza comme « un mal qui tente de ramener la civilisation au Moyen Âge », ce qui en fait une bataille pour le cœur et l’âme. de la région et du monde arabe, a déclaré le leader politique d’extrême droite.

Netanyahu a imputé les pertes civiles au Hamas, mais a assuré que son pays ferait « tout son possible pour les empêcher ». Cela « pourrait être une longue guerre », a-t-il prévenu.

  • 17h45 (BOG) Macron : « Le combat doit être sans pitié, mais pas sans règles »

Lors de la conférence de presse, le leader de l’Elysée a précisé que « le Hamas ne représente pas la cause palestinienne » et que « La sécurité d’Israël ne peut être durable sans rendre plus flexible le processus politique avec les Palestiniens. » en référence à son appel à la création d’un État palestinien.

« Le combat doit être sans pitié, mais pas sans règles » car les démocraties « respectent les règles de la guerre », a souligné le président français, soulignant la nécessité de ne pas attaquer les civils.

Cependant, les chiffres publiés à Gaza indiquent que plus de 5 000 Palestiniens ont été tués au cours des 18 jours de guerre en cours, pour la plupart des civils.


  • 17h28 (BOG) Macron propose une coalition militaire internationale pour combattre le Hamas

Selon le président français Emmanuel Macron, la coalition internationale déployée en Irak et en Syrie contre l’État islamique (EI) autoproclamé devrait être élargie pour combattre le Hamas.

« La France est prête à ce que la coalition internationale contre l’EI, à laquelle nous participons pour les opérations en Irak et en Syrie, lutte également contre le Hamas », a déclaré Macron lors d’une conférence de presse avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu à Jérusalem.

Ses déclarations interviennent dans le cadre d’une visite visant à apporter « soutien » et « solidarité » à Israël, deux semaines après le début du conflit.


Avec Reuters, AP et les médias locaux