Chargement en cours

le parti au pouvoir dénonce une prétendue « inflation des chiffres » lors des élections primaires

le parti au pouvoir dénonce une prétendue « inflation des chiffres » lors des élections primaires

Le président de l’Assemblée nationale du Venezuela, Jorge Rodríguez, a remis en question les résultats des élections primaires de l’opposition, organisées dimanche, dont María Corina Machado a remporté la victoire. Selon le responsable, il y aurait eu une prétendue modification du nombre de votes exprimés. Un député de l’opposition s’est également plaint de cette « irrégularité ». Jusqu’à présent, la Commission qui a organisé les primaires n’a pas encore publié le bulletin avec 100% des procès-verbaux scrutés pour connaître le nombre total d’électeurs.

Première modification :

4 minutes

Une gigantesque « arnaque électorale ». Le président de l’Assemblée nationale du Venezuela, Jorge Rodríguez, a décrit ainsi le processus primaire organisé dimanche par l’opposition, au cours duquel María Corina Machado a gagné.

« Ce qui s’est passé dimanche n’est pas vérifiable, ce n’était même pas une élection », a déclaré Rodríguez lors d’une conférence de presse ce mardi 24 octobre, expliquant que le nombre de bureaux de vote installés ne permettait pas de voter à plus d’un million de personnes. Mais selon le deuxième bulletin de la Commission Nationale Primaire, Machado a gagné avec plus de 90% des voix, avec 64,88% des procès-verbaux dépouillés, ce qui représente 1,5 million d’électeurs. Jusqu’à présent, il n’existe pas de bulletin définitif avec tous les procès-verbaux scrutés ni le nombre réel de participants.


Pour lui, il s’agit d’une « énorme fraude » car la capacité des 3 010 centres lui a permis de rassembler au maximum 860 000 voix. En outre, il a affirmé que, selon les mesures officielles, l’afflux était faible dans environ 70 % des points autorisés.

« C’est un crime parce qu’ils gonflent le nombre, usurpent l’identité », a-t-il insisté sur les 1,5 million de votes rapportés par la Commission.

Rodríguez a également envoyé un message au chef de la délégation de négociation du mouvement Plateforme unitaire, Gerardo Blyde : « Si vous le souhaitez, nous organiserons les élections présidentielles de 2024 comme ils ont fait cette farce de dimanche ».

Bilan des accords signés entre le Gouvernement et l’opposition

Le président de l’Assemblée est également le chef de la délégation gouvernementale qui a participé à une table de dialogue avec l’opposition et qui s’est terminée par la signature d’un accord électoral à la Barbade, le 17 octobre.

Avec la plainte pour fraude présumée, Rodríguez demandera que soient révisés les accords signés par l’opposition, qui, selon lui, auraient été violés.

La plainte concernant de soi-disant « chiffres gonflés » ne vient pas seulement du chavisme. Le député d’opposition José Brito a également dénoncé des « irrégularités » dans le processus et accusé l’organisation civile Súmate. « Cette commission a cédé au chantage, aux pressions et, en outre, à la manipulation d’une ONG appelée Súmate et ce qui aurait pu être l’occasion d’une grande rencontre nationale, de consolidation d’un parcours électoral, est aujourd’hui devenu une « grande escroquerie sur la nation », a-t-il affirmé.

Brito a présenté un recours contentieux à la Cour suprême de justice (TSJ) pour vérifier les procédures de la Commission et de l’organisation civile. « Si avec 60% ils donnent un montant (1,5 million), avec 100% que vont-ils dire, ces 30 millions ont voté », s’est-il interrogé.


Ce même mardi, Machado a donné une conférence de presse au cours de laquelle il a appelé tous les secteurs à travailler à la construction du parcours électoral pour 2024. L’incertitude persiste quant à sa participation aux élections de l’année prochaine car il reste sous le coup d’une disqualification imposée par le Bureau du Contrôleur financier en 2015. , ce qui l’empêche d’exercer des fonctions électives et de se présenter aux élections pendant 15 ans.

Concernant la remise en question des chiffres du vote, Machado a déclaré que la participation a été « largement » dépassée et qu’ils ont même « doublé » ses attentes les plus élevées. « J’ai reçu dimanche dernier un mandat clair et sans équivoque qui nous oblige à lutter sans relâche pour obtenir la défaite de Nicolas Maduro », a-t-il déclaré.

La levée des sanctions américaines en toile de fond

L’accord signé entre le gouvernement et l’opposition de la Barbade a été accueilli favorablement par les États-Unis, qui, une semaine avant les élections, ont assoupli les sanctions contre le Venezuela, en matière économique et pétrolière.

« Nous félicitons le peuple vénézuélien pour la tenue réussie des élections primaires du 22 octobre. « Les Vénézuéliens se sont unis à l’intérieur et à l’extérieur du pays pour exercer leurs droits en quête d’un avenir démocratique pour leur pays », a déclaré à EFE le porte-parole du Département d’État à propos de la victoire de Machado.

L’accord électoral définit une feuille de route pour les élections de 2024. Avec des informations faisant état de fraudes présumées, non seulement de la part du chavisme, mais aussi d’une partie de l’opposition, le respect de l’accord pourrait être menacé. Même le ministre espagnol des Affaires étrangères, José Manuel Albares, pourrait faire marche arrière après avoir demandé à l’Union européenne de lever ses sanctions contre ce pays d’Amérique latine dans un scénario dans lequel les progrès dans les négociations s’arrêteraient.

En fait, les États-Unis ont prévenu qu’ils reconsidéreraient leur décision (de retirer les sanctions) s’ils ne lèvent pas en novembre la disqualification qui pèse sur Machado.

Avec Reuters, EFE et les médias locaux