Chargement en cours

Ehud Barak, ancien Premier ministre israélien : « Netanyahu n’a ni la confiance du peuple ni de l’armée »

Ehud Barak, ancien Premier ministre israélien : « Netanyahu n’a ni la confiance du peuple ni de l’armée »

Première modification :

Dans une interview accordée à France 24, l’ancien Premier ministre israélien Ehud Barak (1999-2001) a déclaré que le Premier ministre Benjamin Netanyahu n’avait ni la confiance du peuple israélien ni celle de l’armée après l’attaque dévastatrice du Hamas. Il a également déclaré qu’Israël n’avait d’autre choix que de lancer une offensive terrestre à Gaza en réponse s’il voulait vaincre définitivement le Hamas.

Barak a reconnu qu’une invasion terrestre de Gaza prendrait des semaines, voire plusieurs mois, après quoi il a suggéré que le contrôle de Gaza soit progressivement transféré à l’Autorité palestinienne.

Interrogé sur les commentaires du président américain Joe Biden dimanche selon lesquels ce serait une « grave erreur » de la part d’Israël d’occuper Gaza, il a déclaré que le soutien inconditionnel des États-Unis était très apprécié en Israël, mais qu’il ne devrait pas donner de « recommandations » sur la stratégie israélienne.

Il a admis que la guerre causerait inévitablement des « dommages collatéraux » à Gaza, mais a déclaré qu’Israël avait pris soin d’avertir les habitants de quitter la zone attaquée, ignorant les critiques de l’ONU selon lesquelles Gaza était complètement assiégée.

L’ancien Premier ministre israélien a décrit l’attaque du Hamas du 7 octobre comme « le plus grand échec de l’histoire de l’État d’Israël », à la fois parce qu’Israël n’a pas réussi à empêcher l’attaque et aussi à cause du retard dans l’envoi de troupes pour protéger les citoyens israéliens.

Plus de 1 400 Israéliens ont été tués, pour la plupart des civils, lors de l’attaque surprise du Hamas contre Israël. Depuis lors, au moins 6 546 Palestiniens ont été tués, pour la plupart également des civils, lors de frappes aériennes israéliennes en représailles contre la bande de Gaza.

Barak s’est dit réconforté par la nomination de deux anciens officiers militaires supérieurs au cabinet de guerre israélien – Benny Gantz et Gadi Eizenkot – estimant qu’ils apporteraient expérience et cohérence au processus décisionnel.

Il a déclaré que cela était particulièrement important car, selon lui, le Premier ministre Benjamin Netanyahu « n’a pas la confiance du peuple, des familles de ceux qui ont été massacrés, ni des commandants et des soldats sur le terrain ».