Chargement en cours

Devant le Sénat français, Charles III plaide pour une « entente » sur le climat

Devant le Sénat français, Charles III plaide pour une « entente » sur le climat

En visite en France, le roi Charles III s’est adressé aux sénateurs français jeudi 21 septembre, au lendemain d’un dîner avec le président Emmanuel Macron au château de Versailles. Aucun souverain britannique avant lui ne s’était adressé à la Chambre haute du Parlement. Lors de son discours, il a évoqué l’urgence de lutter contre le changement climatique, ainsi que l’importance de la relation franco-britannique.

Première modification :

2 minutes

Le roi Charles III, cherchant à asseoir son image internationale un an après son accession au trône, a tenté de laisser sa marque politique dans un discours devant les parlementaires français jeudi 21 septembre, au deuxième jour d’une visite d’État à Paris.

C’est une première pour un souverain britannique. En 2004, sa mère Elizabeth II a prononcé un discours dans la salle de conférence du Sénat, avant une réunion des députés et sénateurs, mais pas à la Chambre.

« Le Royaume-Uni sera toujours l’un des plus proches alliés et des meilleurs amis de la France », a déclaré Charles III dans un discours en français et en anglais. Le souverain a rappelé le décès de sa mère, la reine Elizabeth II, et a remercié la France pour son soutien.

« J’ai hâte de continuer à forger des liens entre nos deux pays, avec détermination, avec espoir et avec amour », a-t-il déclaré, s’engageant à « faire tout ce qui est en notre pouvoir pour renforcer la relation indispensable entre le Royaume-Uni et la France ».

« Ensemble, notre potentiel est illimité »

Le roi a ensuite évoqué le conflit en Ukraine et l’urgence climatique. « Ensemble, notre potentiel est illimité. C’est pourquoi nous devons soigner et nourrir notre entente cordiale (relation amicale). Pour les générations futures, afin qu’elle devienne aussi un Accord de durabilité qui nous permette de répondre plus efficacement au climat et à la biodiversité. monde d’urgence », a poursuivi le roi Charles, dont les convictions environnementales sont bien ancrées.

Le monarque britannique s’est inspiré de Entente Cordialetexte signé par les deux pays en 1904 pour aplanir leurs très fortes divergences de l’époque, et justifie cette initiative au nom de « l’exemple du passé » pour « faire face aux immenses défis du monde qui nous entoure ».

Des sénateurs et membres de l'Assemblée nationale française saluent le roi Charles III au Sénat à Paris le 21 septembre 2023.
Des sénateurs et membres de l’Assemblée nationale française saluent le roi Charles III au Sénat à Paris le 21 septembre 2023. © Reuters

Cette déclaration intervient alors que le Premier ministre britannique Rishi Sunak a annoncé mercredi le report de plusieurs mesures clés de la politique climatique du Royaume-Uni, une décision condamnée dans les milieux économiques et même au sein des conservateurs au pouvoir.

Concernant l’invasion russe de l’Ukraine, dans un discours devant le Sénat français jeudi, il a promis la « détermination inébranlable » du Royaume-Uni et de la France pour que l’Ukraine « réussisse ».

A la fin de son discours de 20 minutes, Charles III a reçu une standing ovation des parlementaires français. « Des applaudissements qui feraient rêver », a commenté le président du Sénat français, Gérard Larcher.

Parallèlement, la reine Camilla Parker et Brigitte Macron ont visité la Bibliothèque nationale, où elles ont remis un prix littéraire.

Avec l’AFP

Cet article a été adapté de son original en français