Chargement en cours

Festival d’Avignon : fête et combat

Festival d’Avignon : fête et combat

Première modification :

Les arts du spectacle règnent en maître à Avignon lors du très chargé Festival International de Théâtre. Dans ce programme, nous nous entretenons avec son nouveau directeur, le dramaturge portugais Tiago Rodrigues. La société new-yorkaise Elevator Repair Service a présenté à Avignon une pièce sur le racisme endémique aux Etats-Unis et le rêve américain. Également, deux pièces sur les réalités latino-américaines, « Ocupación » qui parle de la dépossession du peuple Wayú en Colombie, et « Allende » en hommage à l’ancien président chilien.

Le plus grand et le plus important festival de théâtre au monde a lieu chaque été à Avignon, ville fortifiée qui fut la capitale de l’Église catholique pendant 67 ans au XIVe siècle.

De cette époque, la ville conserve le majestueux Palais des Papes, lieu le plus prestigieux du Festival International de Théâtre. Cette année, 44 spectacles du monde entier sont présentés, sélectionnés par le dramaturge portugais Tiago Rodrigues, premier metteur en scène non français de l’histoire du festival.


Un article sur le racisme et le rêve américain

Le rêve américain existe-t-il aux dépens des Afro-Américains ? C’est la question à laquelle devaient répondre deux intellectuels américains : l’écrivain afro-américain James Baldwin et le conservateur William Buckley Jr. Les deux penseurs se sont affrontés dans un débat épique devant 700 étudiants en 1965.

Cet échange historique sur le racisme et le rêve américain a été le point de départ de la pièce « Baldwin and Buckley in Cambridge », présentée dans la programmation officielle du Festival d’Avignon.

« Le rêve américain est un idéal. Il représente une forme d’idéalisme américain sur ce qui devrait être possible pour un individu. En Amérique, nous en parlons tout le temps, les politiciens américains en parlent toujours… mais la réalité est bien plus compliquée. « James Baldwin, plus que quiconque, a su expliquer à quel point la société américaine est éloignée de cet idéal », a expliqué à RFI l’acteur John Collins, fondateur de la société new-yorkaise. Service de réparation d’ascenseur.


Un manifeste chorégraphique sur la dépossession du peuple Wayú

Durant le festival, Avignon est la capitale de tous les arts du spectacle. Cette année, la programmation officielle comprenait un spectacle mêlant danse, musique, culture Wayú et dénonciation.

Trois silhouettes sous une couverture rouge ouvrent les bras et commencent à se déplacer sur scène. C’est une allégorie de la danse traditionnelle « yonna » des Wayú, dans la Guajira colombienne. Un territoire que connaît très bien l’auteur de ce spectacle présenté à Avignon : le Cubain Lázaro Benítez avec son œuvre intitulée « Occupation », qui est un hommage aux Wayú et un manifeste chorégraphique après l’expropriation de leurs terres ancestrales actuellement occupées par El Cerrejón, la plus grande mine de charbon d’Amérique latine.


Un hommage à Allende, 50 ans après le coup d’État

Ce qu’on appelle le festival ‘OFF’ d’Avignon a apporté en 2023 une programmation avec près de 1 500 spectacles en tout genre. On y a joué « Allende » de la compagnie « Laboratorio Teatro » dirigée par Jessica Walker. Cette pièce est une proposition théâtrale avec un gaspillage de ressources. L’œuvre rompt avec la chronologie commençant par la campagne d’Allende, en passant en revue les protagonistes de l’histoire chilienne. Sous 12 lampes qui rappellent les centres de torture, on passe des pleurs à la comédie, du réel à l’absurde.